Nier le réchauffement climatique est criminel

Durée de lecture : 1 minute

14 avril 2011 / Florence Leray




D’ici à 2100, nous nous dirigeons très probablement vers une hausse globale des températures de +3°C, voire +4°C à la surface de la terre. A cette température, notre survie n’est plus assurée. Il s’agirait d’un véritable génocide : celui de l’espèce humaine. C’est pourquoi nier aujourd’hui le réchauffement climatique est criminel. C’est du négationnisme. La communauté scientifique internationale ne cesse pourtant de le clamer sur tous les tons : il y a bien un réchauffement climatique, et ce réchauffement est lié aux activés industrielles des sociétés humaines. Pour limiter la hausse des températures à +2°C – au-delà c’est l’emballement climatique assuré – nous devons réduire nos émissions de gaz à effet de serre d’au moins 85% d’ici à 2050.

Le défi à relever est immense. Il nous invite à un véritable changement civilisationnel. Il est urgent de sortir de sortir du mythe de la croissance. Mais certains préfèrent nier ce que nous savons tous aujourd’hui : pourquoi ? Tout d’abord parce que cela sert les intérêts des lobbyistes : ceux à la solde du « Carbon Club » (le pétrole, le charbon et l’automobile) et de l’idéologie ultra-libérale. Mais aussi parce qu’il est plus confortable de nier une réalité jugée comme trop angoissante plutôt que ses croyances : les psychanalystes appellent cela le déni ou encore la « dissonance cognitive ». Nous y sommes tous confrontés à des degrés divers. Ce n’est pourtant qu’en ayant le courage de voir le réel tel qu’il s’annonce à nous que nous pourrons dessiner ensemble les contours d’un avenir viable et plus humain.






Source : Courriel à Reporterre.

Florence Leray est enseignante en philosophie et journaliste indépendante. Elle vient de publier Le négationnisme du réchauffement climatique, aux éditions Golias.

Contact : http://florenceleray.net

Lire aussi : GDF Suez et Lafarge financent les climato-sceptiques

1er août 2020
Agenda : les rendez-vous festifs, écolos et militants de l’été
Info
31 juillet 2020
Écologistes, nous marchons contre le racisme et pour la justice sociale
Tribune
31 juillet 2020
Un été pour explorer
La vie de Reporterre




Du même auteur       Florence Leray