Notre Dame des Landes : le paysan arrêté lundi reste sous contrôle judiciaire

Durée de lecture : 2 minutes

17 avril 2013 / Copain // Confédération paysanne




Communiqué du COPAIN 44 du 17 avril 2013

Aujourd’hui mercredi 17 avril le paysan membre du Collectif COPAIN 44 a été transféré très tôt au tribunal de Saint-Nazaire pour être présenté devant le juge des libertés et de la détention.

Il est convoqué pour comparution devant le tribunal correctionnel de Saint-Nazaire le 21 mai à 14 Heures pour répondre d’un refus d’obtempérer et d’un refus de prélèvement ADN.

La Juge a décidé de le placer sous contrôle judiciaire jusqu’au jugement l’obligeant à un passage hebdomadaire à la gendarmerie de Couëron.

Nous rappelons que les faits reprochés se sont déroulés dans le cadre d’une action collective non violente, conviviale et constructive.

Nous déplorons l’ampleur des moyens mis en oeuvre pour contrer la résistance paysanne.

Aujourd’hui, les paysans force de proposition constructive pour l’avenir des territoires de la ZAD ne se laisseront pas enfermer dans la criminalisation de leurs actions.


COPAIN (mardi 16 avril)

Depuis ce matin 7 heures, mardi 16 avril, un paysan membre du COPAIN44, très engagé contre le projet d’aéroport de Notre-Dame-des-Landes, est retenu en garde à vue à la gendarmerie de Châteaubriant, accusé d’avoir refusé de se laisser contrôler pour la nième fois samedi soir en quittant « Sème ta ZAD » en tracteur.

On lui reproche aussi sa participation aux dégradations d’une maison en octobre dernier lors d’une action organisée pour sauver cette maison d’une destruction assurée, maison finalement détruite par AGO/Vinci.

Manifestement, malgré les discours d’appaisement du préfet, les pouvoirs publics ont décidé de judiciariser les militants les plus engagés dans la lutte contre le projet d’aéroport de Notre-Dame-des-Landes.

Suite à la garde à vue, notre copain paysan risque une mise sous contrôle judiciaire et donc peut-être une interdiction de présence sur la ZAD.

Nous ne nous laisserons pas intimider et nous appelons à poursuivre le combat.


Confédération paysanne

Un paysan opposé à l’aéroport a été interpellé ce matin à l’heure du laitier, et mis en garde à vue à 80 km de chez lui. Ce militant était convoqué à la gendarmerie et avait l’intention de s’y rendre. C’est donc sans raison qu’il a été interpellé. Par ailleurs, lors du rassemblement qui a suivi devant la gendarmerie de Chateaubriant, un tracteur, symbole de la cause paysanne, mais aussi outil de travail, a été mis en fourrière sans justification.

Cette interpellation a, encore une fois, pour objectif de diviser la résistance paysanne. Nous exigeons la libération immédiate de ce militant-paysan et la restitution du tracteur, et nous appelons l’ensemble de la résistance à rester unie, quelles que soient les provocations.



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre



Source :
- Communiqué de presse du 17 avril : Copain
- Communiqués du 16 avril :
COPAIN (Collectif des organisations professionnelles agricoles indignées par le projet d’aéroport), d’une part, et de l’autre, communiqué de presse de la Confédération paysanne.

Lire aussi : Heurts violents avec la gendarmerie

27 mai 2020
Non au retour à un État fort, misons sur le local et sur la société
Tribune
28 mai 2020
Pour Air France, un plan d’aide peu écolo et non contraignant
Enquête
14 avril 2020
La solidarité, vaccin et remède contre la pandémie
Tribune