Pendant les retraites, l’hystérie sécuritaire continue

Durée de lecture : 2 minutes

10 septembre 2010 / Europe Ecologie - Les Verts

Le Sénat examine le projet de loi Loppsi 2, qui fait encore reculer les libertés publiques.


La loi Loppsi 2 est en cours d’examen par les sénateurs, alors que l’actualité est dominée par les mobilisations contre la réforme des retraites.

Véritable florilège de l’hystérie sécuritaire sarkozienne, cette loi est un fourre-tout dans lequel s’enchevêtrent mesures promises au gré des emballements médiatiques, modifications législatives inutilement répressives et dispositions liberticides. Au point que la commission des lois du Sénat vient de rejeter les amendements du gouvernement sur les peines planchers et les mineurs notamment. Un partie de la droite elle-même refuse de participer au délire élyséen.

Elargissement de l’usage des fichiers, couvre-feu pour les moins de 13 ans, contrat de responsabilité parentale... près d’une décennie après le retour de la droite aux affaires, le gouvernement parvient une nouvelle fois à rogner les libertés des citoyens au motif fallacieux de mieux les protéger.

Une nouvelle fois, le gouvernement continue, petite touche par petite touche, de corrompre notre société en laissant une place toujours plus grande à l’arbitraire de la technocratie d’Etat. Un exemple parmi les amendements proposés par le gouvernement : la mise en place d’une procédure expéditive et arbitraire diligentée par le Préfet pour expulser les squatters de logements, de locaux et de terrains. Le Préfet pourrait expulser sans intervention du juge, contre l’avis du propriétaire ou à sa place, et sans obligation de relogement ni même d’hébergement. La loi DALO, déjà pas appliquée, serait foulée au pied.

Pire encore, alors même que les finances publiques sont dans le rouge, le gouvernement se paye le luxe de lancer un vaste et coûteux programme de vidéosurveillance. Pourtant, l’inefficacité de telles méthodes pour prévenir les délits n’est plus à démontrer. Le fiasco du système de vidéosurveillance outre-Manche devrait servir de leçon. Mais certaines sociétés privées possédées par des proches du pouvoir vont bientôt pouvoir sabrer le champagne.

Cette loi est examinée dans un contexte de casse du système éducatif et de destruction des réseaux de travailleurs sociaux de terrain. La prison reste le seul outil de gestion du désespoir social engendré par les inégalités du système économique injuste mis en place par la droite. A la prévention et l’éducation, seuls moyens de pacification de notre société à long terme, la droite préfère promouvoir la prison. Preuve en est une nouvelle fois que, sous Sarkozy, mieux vaut punir que prévenir.

Casse sociale d’un côté et renforcement de l’arsenal sécuritaire contre les précaires de l’autre sont plus que jamais les deux piliers de la politique inégalitaire du gouvernement.



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : http://lesverts.fr/article.php3?id_...

Ecouter aussi : Quelle est la différence entre Etat de droit et Etat de police ? http://www.reporterre.net/spip.php?...

16 octobre 2019
Une serre tropicale géante en projet dans le nord de la France
Info
16 octobre 2019
La carte des luttes contre les grands projets inutiles
Enquête
17 octobre 2019
Au Rojava kurde, on attaque aussi une manière de vivre libre
Entretien




Du même auteur       Europe Ecologie - Les Verts