Sept points d’acupuncture pour changer le capitalisme

Durée de lecture : 3 minutes

17 janvier 2011 / Otto Scharmer

...et créer une économie écosystémique régénératrice


Résumé :

Le présent essai tente de mettre en évidence le système de pensée implicite qui a conduit à la crise économique, écologique, sociale et spirituelle actuelle. De nouvelles idées et de nouveaux leviers à actionner en vue d’une économie verte, globale, écosystémique et intentionnelle sont proposés.
Deux idées maîtresses inspirent le présent document. La première est une vision de l’évolution du capitalisme occidental en trois phases :

- capitalisme 1.0 : le capitalisme du marché libre ou du laisser-faire (accent mis sur la croissance) ;

- capitalisme 2.0 : un capitalisme des « parties prenantes », plus régulé, de style européen (accent mis sur la redistribution) ;

- capitalisme 3.0 : une économie (non encore réalisée à ce jour) intentionnelle, globale, écosystémique, qui renforce l’aptitude à la coopération et à l’innovation dans tous les secteurs de la société (accent mis sur l’innovation systémique). La seconde idée met en évidence sept dimensions clé et catégories de pensées économiques qui doivent être recadrées en vue d’amener le système économique du stade 2 au stade 3.

Ces sept points sont :

1. Les mécanismes de coordination : passer d’un système économique fonctionnant à l’aide d’une législation inspirée par la compétition et des groupes d’intérêt particuliers (conscience “égo-systémique”) à un système fonctionnant à partir d’une vision partagée et d’une volonté commune (animée par une “conscience éco-systémique” intentionnelle).

2. La nature : concevoir tous les cycles de production et de consommation en partant de la nature et en retournant à la nature (sans utilisation de décharges et en coévolution avec l’écosystème naturel).

3. Le travail : créer des droits économiques humains (tels que le revenu de base, l’accès à la santé, l’éducation, la possibilité d’entreprendre) afin de permettre à toute personne de mettre sa créativité au service de la création d’une richesse partagée et du bien-être social.

4. Le capital : concevoir d’une nouvelle manière et rediriger les flux d’argent et de capitaux afin d’irriguer tous les secteurs du système économique, et de développer à l’appui des droits de propriété basés sur le respect des biens communs).

5. La technologie : constituer des communautés créatives, inventant des technologies innovantes dans les domaines les plus appropriés pour répondre aux besoins et aux aspirations de la société.

6. La gouvernance : réinventer une gouvernance qui facilite “l’apprentissage à partir du futur émergent” au lieu de reproduire les schémas du passé.

7. Conscience publique et échanges citoyens : innover les infrastructures permettant à tous les citoyens de prendre conscience de leur réel pouvoir créatif dans la co-création d’une économie écosystémique intentionnelle et d’un approfondissement de notre démocratie.

Le problème, aujourd’hui, est que nous essayons de résoudre des défis de type 3.0 dans un cadre et avec des schémas de réponse de type 2.0. Les sept catégories de la pensée économique constituent sept points d’acupuncture qui, s’ils sont touchés simultanément par la mise en œuvre d’initiatives stratégiques, pourraient grandement accélérer le passage du système économique 2.0 au système 3.0.




Source : Courriel à Reporterre.

Otto Scharmer est chercheur au Massachusetts Institute of Technology.
Contact : Precensing Institute.

La traduction de ce document a été fait par Christian P. Briard.
Contact : briard.christian (at) orange.fr.

Document complet :

Ecouter aussi : Sommes-nous à la fin de la civilisation industrielle ?



Documents disponibles

  Sans titre
7 juin 2019
Forêts publiques : l’État réfléchit au démantèlement de l’ONF
Enquête
15 juillet 2019
Le 20 juillet, une marche pour soutenir le « combat Adama » et « riposter à l’autoritarisme »
Tribune
16 juillet 2019
Pourquoi faire la « marche des animaux » ?
Une minute une question