Un monde sans monnaie, et si c’était possible ?

Durée de lecture : 1 minute

16 novembre 2016 / Marc Chinal, Mathieu Bertrand, Marie Avril



  • Présentation du livre par son éditeur :

Une jeune fille un peu trop curieuse, comprend après la découverte d’un bijou énigmatique, que sa grand mère est un personnage étudié dans les livres d’histoire, retombé dans l’anonymat.

Devant l’insistance de la petite fille, la grand-mère (alias Joanne Lebster dans sa jeunesse) lui raconte alors les coulisses d’une évolution majeure pour l’humanité.

Tout débute par une simple discussion à refaire le monde lors d’une soirée entre amis. Face à la pollution, à l’inertie des politiques et à l’étouffement du monde économique, Joanne évoque une « idée folle » rapidement moquée par la majorité des personnes présentes. Pourtant, deux garçons décident de la rejoindre et, ensemble, ils participent à une élection... Échec... Mais ils n’abandonnent pas. Joanne et un groupe d’amis construisent leur solution : un village post-monétaire. Folie.

Car les opposants à un tel changement, sortent leurs armes et ne respectent personne. Et, bien sûr, la nature humaine, gangrénée par le poids d’une certaine culture, complique l’avancée d’un tel projet.

Malgré tout, aidée par le fait que la société est en faillite, et que la nature rappelle à l’ordre l’humanité par son déchaînement climatique, Joanne et ses acolytes finissent par changer la face du monde.

Mais à quel prix ?


- Joanne Lebster. Le Début d’un nouveau monde, scénario : Marc Chinal – dessins : Mathieu Bertrand – couleurs : Marie Avril, éditions RJTP Lyon, bande dessinée, 52 p., 15 €.

Source : www.joanne-lebster.info





Lire aussi : Rencontre pour une civilisation sans argent
28 septembre 2020
Un an après Lubrizol, les Rouennais manifestent pour la vérité
Reportage
26 septembre 2020
Covid : nous devenons une société d’androïdes masqués
Chronique
28 septembre 2020
À l’île Maurice, rébellion et autogestion contre la marée noire
Tribune