Journal indépendant, en accès libre pour tous, sans publicité ni actionnaire, financé par les dons de ses lecteurs
Recevoir la lettre d'info

Les Soulèvements de la mer, à Brest (Finistère)

Date
Du vendredi 4 février au dimanche 6 février 2022
https://soulevementsdelamer.noblogs.org

contre le One Ocean Summit de Brest.

Comme chacun.e sait, les écosystèmes terrestres comme marins n’en finissent pas de s’effondrer.

La pêche industrielle ravage les petites pêcheries et les vies autour d’elle, tandis que le tourisme, lui, devient vert et que la prospection gazière se flatte de respecter l’environnement. Les responsables de cette catastrophe ont un nouveau projet d’avenir pour nos océans : protéger, explorer, exploiter.

Et c‘est à Brest, aux Capucins entre le 9 et le 11 février, que toutes ces bonnes âmes ont prévu de se retrouver.

Ces ateliers et conférences réuniront chefs d’État, ONG et dirigeants de grandes entreprises pour discuter du futur de la mer, de ses opportunités économiques et écologiques. Sous couvert de protection, les philanthropes de la croissance ont trouvé de nouveaux fonds à défricher et de nouvelles ressources à exploiter sur la planète bleue. Explorer les fonds marins, mettre la main sur les océans polaires, faire évoluer les outils de gouvernance, organiser une nouvelle spéculation actionnariale autour de la mer, penser de nouveaux espaces de production énergétique, pacifier la Méditerranée pour les intérêts du commerce, voilà les priorités qu’ils affichent.

Quand l’économie bleue se présente comme le nouveau combustible de la croissance verte, les vilains se mettent à table. Au prétexte de lutter contre le dérèglement climatique, ces malfaiteurs voient dans la mer, régulatrice majeure des conditions météorologiques, puits de carbone, génératrice infinie de ressources halieutiques, une proie de choix.

Nous, habitant.es des côtes, travailleur.euses et amoureux.ses de la mer, voulons préserver la mer comme espace commun. Nous connaissons déjà bien l’enfumage des stratégies de décarbonation sur terre et la progression de la privatisation de l’eau. Nous nous opposons à cette logique qui considère les espaces et vies maritimes comme des « ressources » économiques et prétend explorer l’océan pour toujours plus l’exploiter, le protéger pour toujours plus le conquérir. Alors, leurs conseils de gestion, on s’en passera.

Puisqu’on ne protégera pas la mer à coups de champs d’éoliennes, de subventions à la pêche industrielle et de milliers de kilomètres de fibre optique, on peut se permet d’être un peu sceptiques devant la capacité des leaders à atteindre leur objectif affiché. Pour saisir et combattre efficacement le renouveau des stratégies néolibérales actuelles face aux océans, nous organisons donc notre propre séminaire de rencontres et d’échanges autour des luttes, en mer et sur les côtes.

Car après le « capitalisme vert », on nous réchauffe de nouvelles mascarades, bien nommées « finance bleue » ou « corridors maritimes verts ». De nouvelles méthodes de législation et d’exploitation des océans s’annoncent, qui continueront à mettre en péril toutes les vies qui s’organisent hors des systèmes de production de masse.

Nous rencontrer, donc, pour partager les existences autour de la mer qui s’extraient des cadres industriels. Pour raconter les vécus qui perpétuent des techniques et des relations respectueuses des mondes marins. Pour se rappeler que la mer est avant tout un espace commun et retrouver de la puissance d’agir contre sa privatisation.

Du vendredi 4 au dimanche 6 février, nous préparons une première rencontre des Soulèvements de la Mer. Projections et discussions évoqueront les nouveaux modes de conquête des espaces maritimes et les pratiques de pêche et de conchyliculture qui s’en défendent. Nous mettrons en lumière des luttes autour de la mer en donnant la parole à celles et ceux qui résistent autour de nous, contre l’implantation d’éoliennes offshore, la surpêche industrielle, les élevages aquacoles, la création d’espaces maritimes « protégés » destinés au tourisme, tout comme la pollution des mers par l’agro-industrie et l’élevage intensif. Nous imaginerons ensemble les formes d’action possibles pour muscler les luttes en cours et à venir et nourrir les formes politiques de vie dans nos communautés côtières. Et nous rappellerons que la mer chante depuis ses fonds inexplorés, où ne creusent pas les sondes de l’extraction minière.

Puisqu’ils pensent leur océan unique sans nous et contre nous,
Rassemblons nos forces contre leur nuisible protection, pour la vie maritime !

Précisions

Programme
VENDREDI 4 FÉVRIER a l’UBO, faculté Victor Segalen :

16 H – 17 H-30
L’OCÉAN : UN BIEN COMMUN CONTRE L’ACCAPAREMENT

Le One Ocean Summit promet de définir un cadre juridique à la haute mer mais attise aussi la crainte d’une mer parcellisée et privatisée au nom de l’écologie et de l’économie bleue.
Nous allons essayé de comprendre les logiques de pouvoir relatives auxcommuns environnementaux, sur la base d’une comparaison entre enjeux terrestres et maritimes.

Discussion avec Pierre-Yves Cadalen, chercheur en science politique.

18H-20H
PROTÉGER ETTRUIRE : LEUR ÉCOLOGIE ET LATRE.

Les messages alarmistes sur l’état de l’océan (surpêche, pollution plastique, acidification) ne sont pas l’apanage des écologistes. Désormais, banquiers, fonds spéculatifs et industriels promettent de protéger l’océan … avec leurs méthodes.
Mais quel type d’écologie cachent-t-ils derrière leursdiscours ?

Projection du film Océans : la voix des invisibles suivi d’une discussion avec la réalisatrice Mathilde Jounot.

SAMEDI 5 FÉVRIER a l’UBO, faculté Victor Segalen :

10H – 12H
ÉCONOMIE BLEUE ET CROISSANCE VERTE : VERS UNE PRIVATISATION DE L’OCÉAN ?

Le concept d’économie bleue fait florès dans les instances internationales, sans que personne n’arrive véritablement à le définir. Tout juste sait-on qu’il s’agit d’ « extraire de la valeur de l’océan ».
Mettre l’océan au travail pour en retirer une valeur en terme énergétique, de minerais, ou via le tourisme et la pêche le tout labéllisé vert, durable et soutenable. Mais comment faire confiance a ceux-là même qui président au désastre ? À ceux qui veulent protéger l’océan plutôt que réguler les activités humaines qui le polluent ? Comment croire que l’économie bleue ne soit pas une idée aussi saugrenue que la « croissance verte » ou le « développement durable » ?

Avec la journaliste Catherine le Gall auteur de L’imposture océanique, le pillage “écologique“ des océans par les multinationales s et Alain le Sann du collectif Pêche et développement.

15H-17H
ENTRECHE ET CONCHYLICULTURE COMMENTFENDRE LES OCÉANS ?

Les petites pêcheries, un choix face à la pêche industrielle ravageuse. La pêche ; ses limites, l’épuisement des stocks, mais aussi le déclin social lié à ses transformations. Tour d’horizon des pêcheries et histoires de la pêche.
La coquille st-jaques, une histoire particulière, avec un repeuplement à succès. Mais est-elle exemplaire ? En cherchant à « copier » des modèles d’élevage et de monocultures terrestres, les écosystèmes marins font encore face à une nouvelle menace.

Avec des membres de l’association Pleine Mer, des chercheurs et Bastien Moysan (pêcheur et paysan)

18H-20H
INTRODUCTION AUX BASSINS VERSANTS

Le lien vital de la terre à la mer, des conchyliculteurs et la lutte quotidienne pour des bassins versants de qualité. Les modèles à changer, tout un monde, à terre comme en mer.
Avec Jean François Périgné, paysan de la mer et membre de la confédération paysanne.

DIMANCHE 6 FÉVRIER au PL Guérin

11H :
BRUNCH (l’endroit du brunch reste à confirmer…)

12H30-14H00

DES SOULÈVEMENTS DE LA TERRE AUX SOUÈVEMENTS DE LA MER

D’un constat à un combat ; du syndicalisme paysan, des mouvements citoyens, l’activisme écologique, des agitations autonomes et des luttes locales contre des projets nuisible, les soulèvements de la terre un force pour impluser et réinventer des résistances nouvelles.
Avec Les soulèvements de la terre.

14H30-17H

COMMENT SE RASSEMBLER ET PROPAGER NOS FORCES D’ACTION ?

Un tour d’horizon des lutte locales, trouver de la force et faire réseaux, pour se rassembler contre d’accaparement de la mer, d’eutrophisation des milieux, la pêche industrielle et la marée néo-libérale.
Avec entre autre ; l’association Pleine mer, Halte aux marées vertes, des collectifs contre l’implantation des éoliennes en baie de Saint-Brieuc, Les Soulèvements de la Terre…

18H :

VIN CHAUD, UN BILAN DUMINAIRE ET DESFLEXIONS POUR DES SOULÈVEMENTS DE LA MER.

📨 S’abonner gratuitement aux lettres d’info

Abonnez-vous en moins d'une minute pour recevoir gratuitement par e-mail, au choix tous les jours ou toutes les semaines, une sélection des articles publiés par Reporterre.

S’abonner
Fermer Précedent Suivant

legende