Élégie aux animaux en voie de disparition

Durée de lecture : 1 minute

5 novembre 2016 / Jean-Luc Porquet



  • Présentation du livre par son éditeur :

Le 3 juin 1844, sur l’île d’Eldey, non loin du cercle polaire, des pêcheurs islandais ont tué les deux derniers spécimens de grands pingouins.

En « honnête homme » du XXIe siècle, Jean-Luc Porquet sait que, à l’image de cet oiseau incapable de voler, toutes sortes d’animaux sont en train de disparaître, que la sixième extinction de masse des espèces est en cours, que la Terre n’a pas connu pareil massacre depuis 65 millions d’années et que les hommes, ses semblables, en sont les maîtres d’œuvre irresponsables.

Comment faire face à ces vérités-là sans céder à la panique ni au déni ? L’auteur écrit au Grand Pingouin pour nous prendre à témoin et interroger en miroir nos destinées solidaires.

Cette lettre à bâtons rompus se fait tour à tour intime, érudite et rêveuse : une élégie funèbre, mais combative.


- Lettre au dernier grand pingouin, par Jean-Luc Porquet, éditions Gallimard, 224 p., 19,5 €.

Source : éditions Gallimard





Lire aussi : La 6e Extinction. Comment l’homme détruit la vie
18 septembre 2020
La folie des projets routiers continue, malgré de farouches luttes locales
Info
19 septembre 2020
À Plélan-le-Grand, le parc éolien souffle à l’énergie citoyenne
Alternatives
19 septembre 2020
Le traité Mercosur aurait des conséquences désastreuses pour l’Amazonie
Info