La route qui produit de l’énergie solaire

Durée de lecture : 1 minute

16 mai 2014 / Matthieu Carlier (Huffington Post Québec)

Un couple de Californie a un projet qui déménage : remplacer l’asphalte des routes par des panneaux solaires supportant le poids de tout véhicule roulant et permettant de récolter de l’énergie.


À première vue, Julie et Scott Brusaw, sympathique couple du nord de la Californie, pourraient être rangés parmi ces inventeurs du dimanche qui, un jour, ont été assez inconscients pour mettre leur idée en pratique. Mais la différence, c’est que le projet des Brusaw pourrait révolutionner à la fois les domaines de l’environnement, de l’énergie et de l’urbanisme.

Vu dans son ensemble, le concept, intitulé Solar Roadways, est assez simple : il s’agit de remplacer l’asphalte des routes et le ciment des rues par des panneaux solaires assez solides pour supporter le poids de tout véhicule roulant, « y compris le plus lourd des camions (plus de cent tonnes) ».

Ou, comme le montre la vidéo ci-dessous, d’un tracteur :

En plus d’alimenter en électricité les foyers, connectés aux routes via les trottoirs, les routes en panneaux solaires comprendraient de nombreux équipements additionnels, comme l’indiquent les Brusaw : « Des éléments de chauffage pour éviter la glace ou la neige, des diodes pour les lignes et la signalisation sur le sol... » Les possibilités sont multiples et, à terme, les voitures électriques pourraient même être rechargées en roulant.

Preuve que le projet Solar Roadways a de beaux jours devant lui, il a reçu l’aval de l’Administration fédérale des autoroutes américaines, qui lui a accordé deux phases de financement, et a déjà récolté plus de 100 000 $ sur le site de financement participatif Indiegogo.

Pour savoir comment sont fabriqués les panneaux solaires des Brusaw, jetez un œil sur cette vidéo (en anglais) :


Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : Huffington Post Québec

Photos : Solar Roadways

Lire aussi : Nos pas peuvent créer de l’électricité grâce aux « planchers intelligents ».

17 septembre 2019
Huit trucs pour se passer de téléphone portable
Tribune
18 septembre 2019
Naomi Klein : « Nous entrons dans l’ère de la barbarie climatique »
Entretien
25 juillet 2019
Éradiquer les punaises de lit, une véritable guerre des nerfs
Enquête