Faire un don
80255 € récoltés
OBJECTIF : 120 000 €
67 %
Pour une presse libre comme l'air ! Soutenir reporterre

Pédaler, une inépuisable source d’énergie…

Durée de lecture : 2 minutes

25 janvier 2014 / Silence

Pédaler pour se déplacer ? Allons donc : cela sert à presser des légumes, décortiquer les noix, laver le linge, souder...


Au Guatemala, l’association Maya Pedal utilise des vélos pour alimenter des moulins, des presses à légumes et à fruits, des pompes à eau, etc.

Il existe en Grande-Bretagne un magazine Low tech magazine qui s’intéresse tout particulièrement à ce genre d’utilisation de matériel simple pour se substituer à des appareils compliqués, souvent électriques, dont l’entretien est difficile sans passer par des spécialistes.

Outre Maya Pedal, la revue cite d’autres initiatives du même genre : l’association canadienne Malnutrition Matters a mis au point un broyeur alimentaire qui fonctionne aussi à partir du recyclage d’un vélo. Chocosol au Mexique utilise un vélo pour broyer des fèves de cacao. L’association Full Belly project fournit des décortiqueuses de noix à des villages africains.

Dans les centres écologiques, des machines à laver ou des broyeurs de pommes fonctionnent avec l’appui d’un vélo.

En produisant directement la force nécessaire, sans passer par l’électricité, on économise environ 70 % de l’énergie.

L’usage du pédalier qui ne s’est développé qu’au début du vingtième siècle a été utilisé pour des usages industriels : avec un tandem, un ingénieur anglais a mis au point Dynapod, un engin sur lequel on peut fixer différents appareils selon ses besoins.

Pour avoir un « volant d’inertie » qui permet de conserver une vitesse constante, le pédalier fait tourner une roue de vélo remplie de ciment. Cet engin, développé notamment en Tanzanie, permet de broyer des céréales, mais aussi d’alimenter des soufflets de forge, des tours de potiers, des pistolets à peinture, des scies à ruban, des machines à coudre… et enfin de produire de l’électricité.

Sur le même modèle, différents engins ont été expérimentés dans le monde : la force humaine, un cadre de tandem et un volant d’inertie permet de remplacer le recours à l’électricité pour nombre d’usages. Il permet de fournir des puissances de 300 W en instantané et 100 watts en continu.


Puisque vous êtes ici…

… nous avons une petite faveur à vous demander. Dans une période où les questions environnementales sont sous-représentées dans les médias malgré leur importance, Reporterre contribue à faire émerger ces sujets auprès du grand public. Le journal, sans propriétaire ni actionnaire, est géré par une association à but non lucratif. Nous sommes ainsi totalement indépendants. Personne ne dicte notre opinion. Cela nous permet de couvrir des évènements et thèmes délaissés par les autres médias, de donner une voix à ceux qui ne sont pas audibles, et de questionner les puissants en les mettant face à leurs responsabilités.

Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, mais nos revenus ne sont pourtant pas assurés. Contrairement à une majorité de médias, nous n’affichons aucune publicité, et nous laissons tous nos articles en libre accès. Vous comprenez sans doute pourquoi nous avons besoin de demander votre aide. Reporterre emploie une équipe de journalistes professionnels, qui produit quotidiennement des informations, enquêtes et reportages. Nous le faisons car nous pensons que notre vision, celle de la préservation de l’environnement comme sujet majeur de société, compte — cette vision est peut-être aussi la vôtre.

Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : Cet article est paru dans le n° 418 de Silence, qui nous l’a aimablement transmis.

Photo :
. chapô : Dynapod (Electriclove)
. soudure : Maya pedal
. dessin du Dynapod (US Aid)

Lire aussi : À Strasbourg, on recharge son portable en pédalant

24 juin 2019
Avec la 5G, demain, tous surveillés
Enquête
24 juin 2019
VIDÉO et PODCAST - Les « 30 ans de l’écologie » pour celles et ceux qui n’y étaient pas
Info
24 juin 2019
Nous, collégiens, en avons marre que la question climatique soit négligée
Tribune




Du même auteur       Silence