À Strasbourg, on recharge son portable en pédalant

7 janvier 2014 / Philippe Wendling (L’Alsace.fr)

Proposé depuis trois semaines, le dispositif We-Bike permet aux usagers de la SNCF de recourir gratuitement à des prises électriques en gare de Strasbourg pour recharger leur portable.


Tout en gardant un œil rivé sur les écrans d’information afin de connaître le quai de leur train pour Paris, Isabelle et Bertrand ne cachent pas une certaine curiosité pour cette drôle d’infrastructure située juste à côté d’eux sous la verrière de la gare strasbourgeoise. Une table ronde centrale, trois sièges de type selle de scooter et autant de boîtiers dotés d’une prise.

« Nous n’avions pas remarqué tout de suite que c’est fait pour recharger les téléphones portables ou les ordinateurs en pédalant. Nous pensions que c’était juste pour s’asseoir et travailler en groupe , raconte Bertrand. « Je n’avais même pas vu les pédales ! », rigole Isabelle, avant d’oser enfourcher la machine pendant quelques secondes.

« Agrémenter l’attente de façon ludique »

Déjà expérimenté dans six plateformes ferroviaires du pays, dont Paris-Montparnasse, le We-Bike (c’est son nom) est proposé gratuitement depuis trois semaines en gare de Strasbourg. Pour le directeur de cette dernière, Jean-Luc Schweitzer, le dispositif est « représentatif de la vigilance que la SNCF porte sur son impact environnemental. Il s’agit aussi de permettre aux usagers d’agrémenter l’attente de leur train de façon utile et ludique, comme nous le faisons aussi, par exemple, à travers la mise à disposition d’un piano en libre-service depuis avril. »

« J’aime cette idée d’impliquer le public », commente Bertrand, le voyageur en partance pour Paris. « Et puis dans notre région, où il y a tellement de problèmes de santé comme le diabète, c’est bien d’encourager les gens à bouger ! », poursuit sa collègue Isabelle. « Pour quelqu’un de sédentaire, cela peut être une réelle opportunité d’exercice physique, mais le recours au We-Bike ne demande pas d’efforts particuliers », pointe Jean-Luc Schweit-zer.

Une puissance de 30 watts

Testé par la rédaction, l’appareil ne nécessite pas, en effet, de pédaler vite ou lourdement, même si la SNCF spécifie qu’il est uniquement « accessible à toute personne reconnaissant n’avoir aucune contre-indication médicale ». En revanche, son générateur fournissant une puissance de 30 watts à l’instar d’une prise secteur, il vous faudra mouliner plusieurs dizaines de minutes avant de recharger complètement la batterie de votre portable. Seul autre petit bémol souligné par des clients de la SNCF, si vous ne disposez pas de votre chargeur sur vous, le We-Bike ne vous sera d’aucune utilité.

Le déploiement de ce dispositif d’inspiration japonaise dans d’autres gares de la région n’est pas à l’ordre du jour.



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. Il n’y jamais eu autant de monde à lire Reporterre, mais nos revenus ne sont pourtant pas assurés.

Contrairement à une majorité de médias, nous n’affichons aucune publicité, et laissons tous nos articles en libre accès, afin qu’ils restent consultables par tous. Reporterre dépend en grande majorité des dons de ses lecteurs. Le journal, indépendant et à but non lucratif, compte une équipe de journalistes professionnels rémunérés, nécessaire à la production quotidienne d’un contenu de qualité. Nous le faisons car nous croyons que notre point de vue, celui de l’environnement et de l’écologie, compte — car il est aussi peut-être le vôtre.

Notre société a besoin d’un média qui traite des problématiques environnementales de façon objective, libre et indépendante, en restant accessible au plus grand nombre ; soutenir Reporterre est ma manière de contribuer à cette démarche. » Renan G.

Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre



Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre.

Source et photo : L’Alsace.fr

Lire aussi : Nos pas peuvent créer de l’électricité grâce aux « planchers intelligents »

16 juillet 2018
Un regard écologiste sur les Rencontres de la photographie d’Arles
À découvrir
16 juillet 2018
Vous êtes formidables !
Édito
14 juillet 2018
Radio Bambou : La Bièvre, ou l’histoire de la renaissance d’une rivière
Chronique


Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre