Si ! On peut changer plein de choses dans les petites communes

Durée de lecture : 2 minutes

12 mars 2014 / Mairie-conseils

C’est souvent à l’échelle locale que se situent les dynamiques de changement les plus prégnantes. Un livre recense les réalisations de ces petites communes qui font bouger les choses.


50 réalisations de communes de moins de 3.500 habitants, Idées choisies - Tome 1

Pour réaliser cet ouvrage, Mairie-conseils a demandé à trois journalistes - Anne Laure, Maryline Trassard et Jean-Luc Varin - d’interviewer 50 élus de communes de moins de 3.500 habitants qui, en s’appuyant sur des pratiques démocratiques, ont imaginé des solutions pour s’adapter aux évolutions de la société, maintenir des liens entre différentes populations et générations et inscrire la campagne dans la modernité. Ce recueil est le premier d’une série nous vous proposerons régulièrement.

Choisies à la suite d’un appel à initiatives auprès des communes de moins de 3.500 habitants destinataires de la lettre mensuelle « En direct de Mairie-conseils », ces actions ont été réalisées durant le mandat 2001/2008.

Elles ne présentent pas volontairement de caractère exceptionnel qui les rendraient irréalisables pour d’autres collectivités, en raison de leur coût ou de moyens très particuliers. Chacune s’appuie sur les ressources locales - culturelles, économiques, sociales, historiques, humaines... - sur la capacité des élus à trouver les bonnes compétences au bon moment pour transformer une idée (une utopie, parfois) en projet concret, sur l’expression et l’écoute des besoins des habitants, anciens ou nouveaux, enfants, jeunes, familles, personnes âgées, gens de passage.

Notre objectif est tout simplement de faire connaître ces expériences et de montrer que les élus municipaux, socle de la démocratie de notre pays, qui maillent le territoire au plus près de la population, renouvellent les pratiques démocratiques, imaginent des solutions efficaces pour s’adapter aux évolutions de la société - notamment en matière de services de proximité respectueux du développement durable -, veillent à maintenir des liens entre différentes catégories de population et entre les générations.

Ils inscrivent la campagne dans la modernité tout en faisant face aux tracasseries du quotidien et à l’isolement.

Certaines de ces initiatives ont pu être réalisées grâce à la structure intercommunale dont la commune est membre, d’autres relèvent directement de la compétence communale. Quasiment toutes ont bénéficié de l’appui du département ou /et de la région, parfois de l’Etat et de financements européens.

Elles montrent cependant, que l’échelon communal garde une capacité de proposition et permet d’animer le « vivre ensemble » et d’améliorer la qualité de la vie du territoire. Elles montrent aussi combien les maires, adjoints et conseillers municipaux des petites communes, citoyens « un peu plus citoyens que les autres », restent les serviteurs talentueux, infatigables et anonymes de leurs contemporains. Ils sont sûrement l’un des atouts le plus précieux de notre société.


Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : Mairie-conseils

Photo : Le Journal de Saône-et-Loire

Lire aussi : Une boite à outils pour placer les communes en transition écologique

17 septembre 2019
Huit trucs pour se passer de téléphone portable
Tribune
18 septembre 2019
Climat : de la prise de conscience à la conscience politique
Édito
18 septembre 2019
Naomi Klein : « Nous entrons dans l’ère de la barbarie climatique »
Entretien