Une boite à outils pour placer les communes en transition écologique

Durée de lecture : 3 minutes

8 mai 2013 / Elise Bancon (Bizi !)

L’association écologiste basque Bizi ! a conçu une boîte à outils pour aider les candidats aux élections municipales à intégrer les enjeux de la transition écologique dans leur programme.


Réception pour jet-set de pacotille sur le parking du concessionnaire Ferrari de Bayonne. C’est la dernière action de Bizi ! qui dénonce ainsi les dégâts infligés à la planète par la consommation des ultra-riches. Mais si l’association altermondialiste basque s’est fait connaitre par ses actions médiatiques alliant l’humour, le spectaculaire et la contestation, elle ne s’est jamais contentée de cela. La dénonciation des dysfonctionnements d’un système prédateur pour la planète et source d’inégalité n’est qu’un élément d’une stratégie plus large.

Bizi ! est radicale mais pragmatique. L’association souhaite travailler avec l’ensemble des personnes de bonne volonté et des composantes de la société. Si les désillusions sont grandes au niveau des politiques, notamment nationales, il reste des leviers d’action au niveau local.

C’est ainsi qu’est né le projet d’une boîte à outils programmatique en vue des élections municipales. Ce document vise à sensibiliser les candidats aux enjeux de la transition énergétique et écologique et de la lutte contre le changement climatique, et à leur donner les éléments concrets pour intégrer cette dimension dans leur programme.

Organisée en 50 fiches, la boîte à outil offre des propositions d’actions concrètes, qui tiennent compte de l’arsenal juridique et administratif actuel, ainsi que de la situation financière des communes et des intercommunalités. Les 13 chapitres (urbanisme et aménagement, mobilité, énergie, bâtiments, eau, agriculture, forêts, économie, consommation responsable, déchets, espaces verts, risques, stratégie) couvrent l’ensemble des champs de compétences sur lesquels une commune ou une communauté de communes peut agir dans le cadre de la transition énergétique et écologique.

Chaque fiche propose une méthodologie progressive et cite les initiatives de communes ayant mis en place des actions dans le domaine concerné, une façon d’illustrer que toutes ces propositions sont réalisables, et de favoriser la mise en réseau et le partage d’expérience.

Bien que conçue pour le Pays Basque, elle peut inspirer l’ensemble des candidats de l’hexagone. Bizi l’a conçue comme un sas d’entrée au Climat Pratic, outil réalisé par l’Ademe, le Cler, l’Etd et le Rac-F qui permet d’approfondir les pistes d’action sélectionnées.

Et parce que notre monde a besoin de bonnes nouvelles et de prendre conscience qu’ils sont nombreux, ceux qui s’engagent déjà dans la voie de la construction d’une société plus sobre, plus humaine, plus conviviale et plus solidaire, Bizi ! organise le 6 octobre 2013 Alternatiba, le village des alternatives.

Ce rendez-vous festif accueillera à Bayonne des visiteurs venus découvrir le foisonnement d’initiatives qui ouvrent la voie de la transition énergétique. Quelques jours après la sortie du rapport du GIEC sur le climat, chacun pourra venir y puiser les idées et l’énergie nécessaires afin de devenir acteur des changements incontournables qui nous attendent.

........................

Reporterre est partenaire d’Alternatiba



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : Elise Bancon pour Reporterre.

Ecouter par ailleurs : Pourquoi avez-vous constitué une liste citoyenne hors partis aux municipales à Vannes ?

12 novembre 2019
Près d’Orléans, les citoyens défendent la forêt contre les bulldozers
Reportage
12 novembre 2019
Paysans et défenseurs des animaux doivent s’unir contre l’industrialisation du vivant
Tribune
9 novembre 2019
Chute du mur de Berlin : les écologistes étaient en première ligne
Info