Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur les dons à Reporterre

Durée de lecture : 4 minutes

4 juillet 2016 / Angelina Tessier (Reporterre)

A Reporterre, nous avons fait le choix de rester en libre accès, sans publicité et sans propriétaire. Il y a des contreparties à la liberté : entre autres, celle de vous demander de l’argent. Voici les explications sur les moyens de soutenir le quotidien de l’écologie.

Au début, Reporterre était une idée, un journal avec une belle ligne éditoriale, peu de moyens, pas mal de bricolage, mais des journalistes motivés à parler d’écologie. Depuis 2013, L’association La Pile (qui édite le journal, la « marque » Reporterre) a décidé de professionnaliser son activité, d’avoir une vraie rédaction, avec des journalistes salariés et des employés qui participent au développement de Reporterre.

En 2016, nous avons fait le pari de financer 50 % de nos dépenses – soit 150.000 euros - par des dons (voir nos comptes détaillés). Par rapport à l’année dernière, ce sont près de 40.000 euros en plus à récolter… . Sacré défi ! C’est là que vous intervenez. Vos dons sont cruciaux pour notre existence.

Nous avons choisi d’adhérer à une nouvelle plate-forme de paiement, J’aime l’Info, qui permet la défiscalisation des dons à hauteur de 66 % pour ceux qui payent des impôts. Vous imaginez… Si Reporterre recevait 66 % de dons en plus, nous pourrions faire plus d’enquêtes et de reportages, recruter un-e infographiste et responsable de la communauté de lecteurs donateurs, monter une webradio Reporterre ou encore monter plus de rencontres, et en région… Le rêve !

Cette plate-forme s’ajoute aux autres moyens par lesquels vous pouvez soutenir l’information libre sur l’écologie : Paypal, le chèque, le virement.

Pourquoi passer par une plate-forme extérieure ? J’aime l’Info a été créé par le SPIIL (Syndicat de la presse indépendante d’information en ligne) auquel adhère Reporterre afin de regrouper les sites de presse en ligne. En se regroupant sur J’aime l’Info, les éditeurs de presse en ligne ont obtenu du ministère de l’Économie et des Finances la possibilité de défiscaliser les dons qu’ils reçoivent. Tout seul, Reporterre n’aurait jamais obtenu cette autorisation.

Vous êtes nombreux à nous avoir fait un don auparavant... Et à nous avoir demandé un reçu fiscal, que nous n’étions tout simplement pas en droit d’en émettre. Pourquoi ne pas s’être inscrit auparavant à J’aime l’Info ? Eh bien… Nous avons pris le temps de la réflexion. Rome ne s’est pas faite en un jour, Reporterre non plus. Face aux 8 % de commission, à l’obligation pour vous de vous inscrire sur une plate-forme extérieure, et à quelques ajustements techniques à mettre en place, nous avons d’abord hésité. Et puis choisi cette bonne solution.

Alors, quels choix pour le donateur ?

Voici, pour récapituler, les principaux moyens de paiement, avec les pour et les contre que nous avons pu lister.

  • Paypal

La plate-forme Paypal permet un virement mensuel ou ponctuel par carte bancaire. La commission prélevée sur les dons est de 1,4% + 0,25 € par transaction. Cela représente environ 100 € de commission pour 2.500€ de dons. Les petits dons sont les plus taxés. Nous avons cependant choisi de conserver Paypal car il permet le paiement par carte bancaire, il est connu et dispose d’un « capital confiance ». De plus, la commission est finalement peu élevée.

  • Le chèque

Peu coûteux et pratique pour les dons ponctuels, vous pouvez les adresser à l’ordre de La Pile. Ils sont souvent accompagnés de petits mots, que nous prenons toujours plaisir à lire.

  • Le virement mensuel

Il est gratuit pour Reporterre et pratique car il demande peu de traitement interne. En revanche, il l’est moins pour les donateurs car il nécessite d’aller demander un ordre de virement récurrent à sa banque, nous en avons conscience !

  • J’aime l’Info

C’est donc le nouveau venu, qui seul permet de défiscaliser vos dons à hauteur de 66 %. Alors oui, il faut remplir un formulaire et les commissions sont relativement élevées : 8 % pour les dons entre 0 et 500 € et 3 % pour les dons de plus de 500 €. Il permet aussi de payer par carte bancaire et de donner plus ! Un reçu fiscal vous sera envoyé par courriel au moment des déclarations d’impôts.

Voilà, vous savez tout … La page de soutien se trouve ici. Et si vous avez encore des questions, des suggestions, des remarques écrivez-nous sur l’adresse dons (arobase) reporterre.net. Nous ferons tout pour vous répondre. C’est grâce à vous que l’aventure continue !


Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Lire aussi : Pourquoi Reporterre existe-t-il ?

Source : Angelina Tessier pour Reporterre

Dessin : © Tommy Dessine/Reporterre

28 mars 2020
Ce que leurs traces nous disent des animaux
Reportage
27 mars 2020
Les Amap, îlots de lien social dans l’océan du confinement
Alternatives
27 mars 2020
Le monde qui vient n’a rien d’une utopie, c’est un cauchemar
Tribune