Traité transatlantique : pour être informé, il faut payer 1800 euros

Durée de lecture : 1 minute

8 avril 2014 / Elisabeth Schneiter (Reporterre)

Les négociations sur le projet de traité de libre-échange transatlantique restent secrètes. Mais pas pour les patrons - enfin, pour les gens qui peuvent payer 1800 euros. C’est le prix d’une conférence qui aura lieu à Paris sur le TAFTA, et qui verra les principaux négociateurs et spécialistes s’expliquer devant un riche parterre.


Le 10 avril, une réunion de concertation sur l’Avenir du Commerce transatlantique aura lieu à Paris au très chic hôtel Shangri La. Organisée par le Washington Post et European voices, un journal spécialisé sur ce qui se passe à Bruxelles, elle permettra à de grandes entreprises multinationales, d’entendre et de bavarder avec Karel de Gucht, négociateur du Tafta/Ttip ou Grand marché transatlantique. La réunion est cautionnée par Ron Paul, l’un des pères du Tea party, le mouvement de droite anti-Etat qui a fleuri depuis une dizaine d’années aux Etats-Unis.

Comment ne pas penser que ce Traité favorise les entreprises, lorsqu’on voit dans l’avant programme de la journée du 10 avril, un « point sur les dernières avancées des négociations », alors celles-ci sont censées être secrètes, seuls les ministres des pays membres en étant informés.

Le programme définitif est moins précis mais donne l’idée des discussions qui auront lieu ce jour-là dans les salons luxueux du Shangri La : "Quel est l’état actuel des négociations ? Quels sont les obstacles possibles à un accord ? Y aura-t-il tellement d’exemptions et de dérogations que l’accord n’aura qu’un impact limité ? Quel est l’avenir du commerce transatlantique si la TTIP n’est pas signé ? Comment le TTIP affectera-t-il l’économie des BRIC et le commerce mondial ?"

L’événement est ouvert à tous. Il faut juste pouvoir payer près de deux mille euros :

Programme et participants


Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : Elisabeth Schneiter pour Reporterre.

Consulter aussi : DOSSIER Traité transatlantique de libre-échange.


Pour une information libre sur l’écologie, soutenez Reporterre :

9 juillet 2019
À Marseille, les quartiers nord ont aussi droit aux légumes bios
Reportage
16 septembre 2019
Déchets nucléaires : la Suisse se donne les moyens de l’entreposage à sec
Reportage
14 septembre 2019
Véganes et paysans (presque) unis contre l’élevage industriel
Enquête




Du même auteur       Elisabeth Schneiter (Reporterre)