Traité transatlantique : pour être informé, il faut payer 1800 euros

8 avril 2014 / Elisabeth Schneiter (Reporterre)

Les négociations sur le projet de traité de libre-échange transatlantique restent secrètes. Mais pas pour les patrons - enfin, pour les gens qui peuvent payer 1800 euros. C’est le prix d’une conférence qui aura lieu à Paris sur le TAFTA, et qui verra les principaux négociateurs et spécialistes s’expliquer devant un riche parterre.


Le 10 avril, une réunion de concertation sur l’Avenir du Commerce transatlantique aura lieu à Paris au très chic hôtel Shangri La. Organisée par le Washington Post et European voices, un journal spécialisé sur ce qui se passe à Bruxelles, elle permettra à de grandes entreprises multinationales, d’entendre et de bavarder avec Karel de Gucht, négociateur du Tafta/Ttip ou Grand marché transatlantique. La réunion est cautionnée par Ron Paul, l’un des pères du Tea party, le mouvement de droite anti-Etat qui a fleuri depuis une dizaine d’années aux Etats-Unis.

Comment ne pas penser que ce Traité favorise les entreprises, lorsqu’on voit dans l’avant programme de la journée du 10 avril, un « point sur les dernières avancées des négociations », alors celles-ci sont censées être secrètes, seuls les ministres des pays membres en étant informés.

Le programme définitif est moins précis mais donne l’idée des discussions qui auront lieu ce jour-là dans les salons luxueux du Shangri La : "Quel est l’état actuel des négociations ? Quels sont les obstacles possibles à un accord ? Y aura-t-il tellement d’exemptions et de dérogations que l’accord n’aura qu’un impact limité ? Quel est l’avenir du commerce transatlantique si la TTIP n’est pas signé ? Comment le TTIP affectera-t-il l’économie des BRIC et le commerce mondial ?"

L’événement est ouvert à tous. Il faut juste pouvoir payer près de deux mille euros :

Programme et participants



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, mais nos revenus ne sont pourtant pas assurés.

Contrairement à une majorité de médias, nous n’affichons aucune publicité, et laissons tous nos articles en libre accès, afin qu’ils restent consultables par tous. Reporterre dépend en grande majorité des dons de ses lecteurs. Le journal, indépendant et à but non lucratif, compte une équipe de journalistes professionnels rémunérés, nécessaire à la production quotidienne d’un contenu de qualité. Nous le faisons car nous croyons que notre point de vue, celui de l’environnement et de l’écologie, compte — car il est aussi peut-être le vôtre.

Notre société a besoin d’un média qui traite des problématiques environnementales de façon objective, libre et indépendante, en restant accessible au plus grand nombre ; soutenir Reporterre est ma manière de contribuer à cette démarche. » Renan G.

Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre



Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre.

Source : Elisabeth Schneiter pour Reporterre.

Consulter aussi : DOSSIER Traité transatlantique de libre-échange.


Pour une information libre sur l’écologie, soutenez Reporterre :

24 septembre 2018
Un trésor forestier, l’Arboretum des Barres, est menacé
Tribune
22 septembre 2018
À Paris aussi, c’est le temps des vendanges
Reportage
24 septembre 2018
Mobilisation dans la Loire contre une autoroute destructrice, l’A45
Reportage


Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre



Du même auteur       Elisabeth Schneiter (Reporterre)