22.000 €, on avance bien. Merci de nous soutenir

Durée de lecture : 1 minute

11 décembre 2017

Nous avons fait ensemble 40 % du chemin dans notre campagne de dons : merci pour ce début ! Pour vous remercier, Quentin mouille aujourd’hui son maillot, en provenance directe de la planète Mars...

Nous avons fait ensemble 40 % du chemin dans notre campagne de dons : merci pour ce début !

Pour nous, les dons sont cruciaux, alors on s ’est dit qu’on allait pas rester chez nous à se croiser les pouces… Nous allons mouiller le maillot ! On se jette à l’eau ? Bon, il fait froid, alors nous allons plutôt le faire d’une manière métaphorique. A chaque palier de 11.000 euros atteint, vous aurez une photo d’un membre de l’équipe. Amusante. Enfin, on espère...

Aujourd’hui c’est Quentin. Directeur - ben oui, il faut bien ça - de la communication, venu directement de la planète Mars ! Il se trouve qu’il a beaucoup d’humour, et aide bien Reporterre à mieux... com-mu-ni-quer. Il anime cette campagne de dons, avec l’équipe, que vous pouvez retrouver ici en vidéo.

Quentin prépare aussi Les Amis de Reporterre, dont on va vous reparler... début 2018.

ET SI VOUS VOULEZ QUE QUENTIN ET L’EQUIPE CONTINUENT À FAIRE UN QUOTIDIEN DIFFÉRENT DE TOUS LES AUTRES, MERCI DE NOUS AIDER

  • Et si vous nous soutenez déjà, faites passer le message. Merci.

Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Lire aussi : 11.000 €, un bon début. Merci de nous soutenir
13 septembre 2019
Valdepiélagos, l’écovillage espagnol qui résiste à l’exode rural
Alternative
25 juillet 2019
Aux Rencontres de la photographie d’Arles, les murs séparent, la nature relie
À découvrir
27 juillet 2019
Quand une coopérative ouvrière relance la culture locale du tilleul
Alternative