300 fois le SMIC : les grands patrons vont bien, merci

Durée de lecture : 2 minutes

6 mai 2009 / Observatoire des Inégalités

Les patrons les mieux rémunérés de France touchent entre 80 et 270 années de Smic… par an. Et encore, sans tenir compte de tous leurs avantages...

Les revenus annuels des grands patrons vont d’une centaine à presque trois cents années de Smic…, selon les données 2008 publiées par le quotidien Les Echos (24 avril 2009). Ils vont de 850 000 euros pour Ben Verwaayen (Alcatel-Lucent) à 3 millions d’euros pour Lakshmi Mittal (Arcelor-Mittal). Entre 70 et 260 ans de Smic...

Ces revenus totalisent les salaires fixes et variables, les plus values réalisées des stocks-options, les actions gratuites mais pas les jetons de présence ni les dividendes. Ils ne comprennent pas non plus un grand nombre d’avantages en nature : voitures, logements de fonction, etc.

Les PDG ne sont pas toujours les mieux rémunérés. Un certain nombre de très hauts cadres peuvent recevoir des émoluments encore supérieurs, jusque 400 ans de Smic, selon les données publiées par le magazine Capital (données 2005), notamment dans le secteur de la finance. Même si la part variable de leurs revenus a diminué depuis la crise qui a touché le secteur bancaire.

Ces revenus vont bien au-delà de ce qu’un individu peut dépenser au cours d’une vie pour sa satisfaction personnelle, même en accumulant les biens de luxe. Ils garantissent un niveau de vie hors du commun du reste de la société de génération en génération, et permettent de se lancer dans des stratégies d’investissement personnelles (entreprises, collections artistiques, fondations, etc.).

Les revenus 2008 sont en nette diminution pour la majorité par rapport à 2007, compte tenu de la chute des actions et du frein mis sur les différents types de bonus. Mais même après cette baisse, ces revenus demeurent bien supérieurs à ce que le talent, l’investissement personnel, la compétence, le niveau élevé de responsabilités ou la compétition internationale peuvent justifier.


Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

http://www.inegalites.fr/spip.php?p...

18 octobre 2019
Pour 2020, un budget d’un vert bien pâle
Info
18 octobre 2019
La colonisation du monde par les fleurs, une histoire mystérieuse
À découvrir
17 octobre 2019
Au Rojava kurde, on attaque aussi une manière de vivre libre
Entretien




Du même auteur       Observatoire des Inégalités