4.000 manifestants pour l’arrêt de Fessenheim

Durée de lecture : 2 minutes

10 avril 2011 / Reuters

4.000 manifestants dans le Haut-Rhin, dimanche 10 avril, pour demander l’arrêt de la centrale de Fessenheim, la plus vieille de France.


PARIS (Reuters) - Près de 4.000 personnes ont manifesté dimanche dans le Haut-Rhin pour demander la fermeture de la centrale nucléaire de Fessenheim, la plus ancienne de France, a-t-on appris auprès de la gendarmerie.

La manifestation s’est déroulée dans une ambiance « très bon enfant » sur une île proche de la centrale, a-t-on ajouté, en précisant que la majorité des manifestants venait d’Allemagne.

Les militants antinucléaires français et ceux venus d’Allemagne toute proche redoublent de critiques envers la centrale depuis l’accident nucléaire de Fukushima, au Japon.

Près de 10.000 personnes avait manifesté fin mars pour demander sa fermeture.

En réaction à l’accident survenu au Japon après un séisme et un tsunami le 11 mars, l’Allemagne a mis à l’arrêt ses sept réacteurs construits avant 1980.

Mise en service en 1977, la centrale de Fessenheim, qui possède deux réacteurs de 900 mégawatts chacun, a été bâtie sur une zone sismique.

Un tremblement de terre d’une intensité évaluée à 6,2 sur l’échelle de Richter avait détruit la ville suisse de Bâle, située à 40 kilomètres, le 13 octobre 1356.

La centrale de Fessenheim a été conçue pour résister à un séisme d’une énergie cinq fois supérieure - soit 6,7 - avec un épicentre situé au plus près.

Comme toutes les centrales françaises, elle doit faire l’objet d’un audit décidé après l’accident de Fukushima.

Ses réacteurs font également actuellement l’objet de leur troisième visite décennale qui doit déterminer s’ils peuvent fonctionner dix ans de plus. Le verdict doit être rendu avant juin pour le premier réacteur et en 2012 pour le second.

Un collectif d’associations et de collectivités locales suisses, allemandes et françaises qui demandait la fermeture de la centrale a été débouté le mois dernier par la justice.



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : http://fr.reuters.com/article/topNe...

Lireaussi : Dix mille manifestants anti-nucléaires près de Colmar

20 janvier 2020
La survie de Terre de liens entre les mains du gouvernement
Enquête
21 janvier 2020
Les feux menacent la santé mentale des Australiens
Info
8 janvier 2020
En Australie, « même des forêts tempérées partent en fumée »
Entretien




Du même auteur       Reuters