4e journée internationale contre les essais nucléaires

Durée de lecture : 3 minutes


Le jeudi
29
août





Comme chaque année depuis 2009, les Nations unies marquent le 29 août par une Journée internationale contre les essais nucléaires. Dans son message, M. Ban Ki Moon, secrétaire général des Nations unies, rappelle que le traité d’interdiction des essais nucléaires n’est toujours pas entré officiellement en vigueur du fait que huit États ne l’ont pas encore ratifié. Il invite la société civile et les médias à sensibiliser l’opinion mondiale pour que l’interdiction définitive des essais permette « de léguer à nos enfants un monde exempt d’armes nucléaires ».

Nous, représentants de la société civile d’un État qui a des responsabilités historiques dans les effets dévastateurs de ces explosions atomiques sur la vie humaine et sur l’environnement, nous voulons marquer, devant le monde entier, cette journée du 29 août en rappelant les conséquences humanitaires catastrophiques des essais et des armes nucléaires.

En effet, les quelque 2 083 explosions nucléaires qui ont permis la mise au point de dizaines de milliers d’armes de destruction massive censées assurer la paix de la planète ont violé le droit à la vie, à la santé et à un environnement sain à des peuples sans défense. La folie nucléaire des grandes puissances est un véritable crime contre l’avenir, affirment les biologistes depuis Hiroshima, parce que les radiations répandues par leurs bombes ont contribué à détériorer le patrimoine génétique des êtres humains.

Au-delà d’un rappel nécessaire à la légalité internationale, nous voulons que cette journée du 29 août interpelle les dirigeants du monde entier sur l’assistance indispensable à toutes les victimes qui ont subi et subissent encore aujourd’hui dans leur existence quotidienne les conséquences des essais nucléaires. Il subsiste tant de problèmes très préoccupants pour les populations et leur environnement sur tous les anciens sites d’essais de la planète : au Sahara comme à Moruroa, à Maralinga en Australie, aux îles Marshall, au Nevada, au Kazakhstan, en Nouvelle-Zemble, au Xing-Kiang et il reste à expertiser les conséquences sanitaires et environnementales sur les sites d’essais indiens, pakistanais, coréens en plus de la centaine de zones contaminées par des explosions nucléaires dans l’ex-Union soviétique.

Nous appelons à nouveau tous nos concitoyens à signer et faire signer l’appel international lancé en 2010 pour rappeler à leurs responsabilités les grandes puissances.

Nous souhaitons également attirer l’attention sur les documents récemment déclassifiés sur les essais nucléaires en Polynésie, qui montrent l’ampleur des retombées radioactives qui ont touché les civils comme les militaires.

Nous appelons particulièrement les autorités françaises à reformuler sans tarder une véritable loi de reconnaissance et d’indemnisation des victimes des essais nucléaires qui soit digne de la « patrie des droits de l’homme ».

Pour en savoir plus :

- Sortir du nucléaire
- Observatoire des armements






Source : Réseau Sortir du nucléaire

Image : CTBTO

Lire aussi : Les droits des victimes des essais nucléaires ne sont toujours pas reconnus

19 septembre 2020
Le traité Mercosur aurait des conséquences désastreuses pour l’Amazonie
Info
18 septembre 2020
La folie des projets routiers continue, malgré de farouches luttes locales
Info
18 septembre 2020
« Les retenues d’eau aggravent la sécheresse, et la vulnérabilité de l’agriculture »
Entretien