50e action parisienne, Les Déboulonneurs descendent dans le métro le 28 janvier

Durée de lecture : 5 minutes

28 janvier 2011 / Collectif des Déboulonneurs de Paris


« La publicité ça suffit ! Les écrans à cristaux liquides (ACL), ni dans le métro, ni ailleurs... »

Vendredi 28 janvier 2011 - Rendez-vous à 19h à la sortie du métro Opéra (lignes 3, 7 et 8) devant les marches de l’Opéra

En ce début d’année 2011, le Collectif des déboulonneurs de Paris va effectuer sa 50e action (plus de 150 au niveau national). A cette occasion, nous ferons le point sur l’actualité de cette année qui sera chargée. La dernière action du collectif de Paris s’est déroulée le 31 décembre 2010, non loin de l’Hôtel de Ville de Paris, et s’est soldée par 7 arrestations et 2 panneaux barbouillés.

Nous entrons dans la dernière phase du Grenelle de l’Environnement avec l’écriture des décrets d’application [1]. Leur publication, prévue pour avant l’été, revêt des enjeux considérables puisque la partie réglementaire du Code de l’Environnement définit, notamment, les formats des différents types de dispositifs publicitaires. Face à tous les reculs enregistrés lors du vote par le parlement [2], tout porte à croire que la même logique va être mise en œuvre et ouvrir un boulevard aux afficheurs pour installer leurs nouveaux dispositifs. Leurs déclarations dans la presse vont d’ailleurs pleinement dans ce sens [3].

Les écrans publicitaires ACL, actuellement installés dans le métro parisien et qui commencent à apparaître aux bords des routes, vont bientôt envahir le paysage. Le gouvernement et le parlement ont systématiquement refusé d’aborder la question des nouvelles technologies publicitaires lors des travaux du Grenelle II. Agression publicitaire supplémentaire, pollution visuelle indéniable, libertés individuelles bafouées (capteurs espions analysant les passants) et aberration écologique (consommation énergétique de trois foyers moyens, émission de 10 fois plus de CO2 qu’une affiche 4x3 [4]), ce type de dispositif doit purement et simplement être interdit. Nous n’en voulons ni dans le métro, ni ailleurs.

Grâce au Grenelle de l’Environnement, nous allons également voir se généraliser les bâches publicitaires gigantesques sur échafaudages. Déjà particulièrement catastrophiques sur les monuments historiques [5], les publicités de plusieurs centaines de mètres carrés vont arriver dans nos villes.

A Paris, le groupe de travail sur le règlement local de publicité (RLP) doit se réunir prochainement pour achever ses travaux. Un vote est prévu au Conseil de Paris avant l’été. En théorie, selon les explications de la mairie, la version votée en 2007 et bloquée pour des questions de formes doit être reconduite. Toutefois, de nombreuses rumeurs indiquent que des ajustements vont être apportés. Le texte de 2007 est loin d’être aussi ambitieux que ce que M. Delanoë a annoncé [6, 7]. Il entérine de nombreux dispositifs scandaleux et augmente la pression publicitaire dans l’espace public parisien. Quelques idées intéressantes se sont toutefois glissées dans le texte. Il est notamment mentionné une interdiction des écrans numériques et une limitation des surfaces publicitaires sur bâches (bien que la surface retenue, 16 m2, soit beaucoup trop importante). Cette équipe municipale a choisi de céder aux pressions de JCDecaux sur le contrat Vélib/mobilier urbain (trois avenants ont été signés [8]), il ne doit pas en être de même pour le RLP. Pour se démarquer des discours schizophrènes du gouvernement sur la publicité extérieure, nous attendons de M. Delanoë et de Mme Pourtaud des actes en accord avec les paroles.

Pour ces raisons, nous descendrons dans le métro parisien à l’occasion de cette 50e action et barbouillerons des écrans ACL selon le mot d’ordre : « Les écrans ACL : ni ici, ni ailleurs ! ». Cette action de désobéissance civile non-violente se déroulera, comme chaque mois, en public et à visage découvert.

Nous demandons :

- à la RATP de retirer tous les écrans numériques actuellement déployés et d’engager une réelle concertation sur la place de la publicité dans ses couloirs. L’objectif de dispositifs de 2m2 supportant des affiches de 50 x 70cm est parfaitement réaliste en sous-sol comme en surface (voir par exemple les affiches pour les spectacles de théâtre). Prenons exemple sur le métro de Stockholm !

- à la mairie de Paris de revoir son projet de RLP et de faire de la ville un exemple mondial, au même rang que São Paulo (Brésil) pour ses rues dépolluées, en appliquant les revendications de notre collectif (dispositifs de 2m2, affiches de 50 x 70 cm, pas d’utilisation d’énergie, contrainte de densité) ;

- au gouvernement de rédiger des décrets qui protègent réellement les paysages et notre liberté de réception en imposant un format maximal de 2 m2 pour les dispositifs publicitaires ;

- aux élus locaux de remédier aux dérives du Grenelle en instaurant des RLP interdisant les écrans numériques et limitant drastiquement les publicités sur bâche, ou, à défaut, en refusant systématiquement toute demande d’autorisation pour de tels dispositifs.

Actualité du collectif :

- 12 janvier 2011 : bonne nouvelle contre le fichage ADN. François Vaillant, du collectif des déboulonneurs de Rouen, n’est condamné en appel qu’à 1€ symbolique pour refus de prélèvement ADN [9].

- 27 janvier 2011 : action du collectif de Lille. Rendez-vous à 18h45 place de la gare, en face des fontaines.

- 29 janvier 2011 : action du collectif de Tours. Rendez-vous à 14 heures place Jean-Jaurès, face à l’Hôtel de ville.

- 29 janvier 2011 : action du collectif de Lyon. Informations à venir sur le site web.

- 6 septembre 2011 : procès en appel pour les 8 membres du collectif de Paris relaxés début avril 2010 [10].

.............................................

Notes :

[1] http://www.deboulonneurs.org/articl...

[2] http://www.deboulonneurs.org/rubriq...

[3] Les Echos, 26 septembre 2010, Le Monde, 28 septembre 2010, Mediapart, 30 octobre 2010…

[4] http://antipub.org/spip.php?article197

[5] http://www.deboulonneurs.org/articl...

[6] http://paysagesdefrance.org/spip.ph...

[7] http://www.antipub.org/spip.php?art...

[8] Canard enchaîné, 15 décembre 2010.

[9] http://www.deboulonneurs.org/articl...

[10] http://www.deboulonneurs.org/articl...



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : Communiqué de presse.

Contact : http://www.deboulonneurs.org

Lire aussi : Action des Déboulonneurs le 31 décembre

18 septembre 2019
Climat : de la prise de conscience à la conscience politique
Édito
25 juillet 2019
Aux Rencontres de la photographie d’Arles, les murs séparent, la nature relie
À découvrir
19 septembre 2019
Week-end féministe à Bure : « Le nucléaire est un monstre du patriarcat »
Entretien




Du même auteur       Collectif des Déboulonneurs de Paris