555 pour Copenhague

Durée de lecture : 7 minutes

10 décembre 2009 / Attac



Attac énonce cinq considérants, pose cinq principes, définit cinq axes stratégiques relativement au changement climatique. Soit 5-5-5 !


Pour ATTAC France, le « message » sur le climat peut se décliner en cinq considérants, cinq principes et enfin cinq axes stratégiques qui en découlent mais qui dépendent également des conditions précises des débats et négociations.

Sommaire

* 1er considérant
* 2e considérant
* 3e considérant
* 4e considérant
* 5e considérant
* 1er principe
* 2e principe
* 3e principe
* 4e principe
* 5e principe
* 1er axe stratégique pour Copenhague
* 2e axe stratégique
* 3e axe stratégique
* 4e axe stratégique
* 5e axe stratégique

1er considérant

La rapide augmentation des gaz à effet de serre dans l’atmosphère terrestre conduit à un réchauffement global de la planète et au déclenchement de processus non-réversibles (fonte de la calotte glaciaire, disparition du permafrost, etc.) qui accélèreront encore ces évolutions. Ce réchauffement extrêmement rapide à l’échelle des évolutions climatiques passées va produire, si la tendance n’est pas inversée, des effets dramatiques pour l’espèce humaine comme pour un grand nombre d’écosystèmes.

2e considérant

La cause principale de l’augmentation des émissions de gaz à effet de serre est l’utilisation humaine d’énergie fossile depuis la 1re révolution industrielle en Europe, Amérique du Nord, Japon et autres pays développés et la tendance à la généralisation d’un modèle de société productiviste fondé sur l’illusion d’une croissance infinie.

3e considérant

Chaque révolution énergétique s’est accompagnée – sans qu’il n’y ait de lien mécanique ni de déterminisme énergétique - d’une redistribution des rapports de pouvoir et des formes de la production : apparition de la « fabrique » autour de la machine à vapeur, domination impérialiste pour s’assurer le contrôle des gisements de pétrole, etc.

4e considérant

Le réchauffement climatique dû aux émissions de gaz à effet de serre s’inscrit dans une conjonction de crises, crise écologique globale liée au caractère fini de notre planète, crise financière et économique, crise alimentaire, crise de légitimité démocratique.

5e considérant

Tout en ayant des responsabilités différencies, tous les pays du monde et tous les peuples sont étroitement dépendants face à la crise climatique et une solidarité internationale est à construire. Les réponses apportées au niveau local comme au niveau global, et donc les négociations internationales, sont l’un des défis les plus décisifs et les plus universels de l’histoire moderne de l’humanité, un défi qui a pour enjeu l’avenir de la planète et la durabilité des sociétés qui l’habitent.

1er principe

Seule une action humaine rapide et conséquente pour réduire les émissions de gaz à effet de serre pourra stopper ou au moins limiter le réchauffement de la planète et ses conséquences. Elle suppose des engagements politiques explicites à tous les échelons de décision des sociétés. ATTAC demande que les préconisations du GIEC soient la base des politiques décidées au niveau international comme national ou local.

2e principe

La responsabilité historique des pays industrialisés dans l’augmentation des émissions de gaz à effet de serre ne fait aucun doute. En conséquence de quoi, ATTAC défend le principe de réparation de la part de ces pays vis-à-vis des pays du Sud, selon le principe de la dette écologique rapportée à la question climatique. L’engagement immédiat des pays riches vers des systèmes de production et de consommation sobres en énergie est une première condition de la reconnaissance de cette responsabilité.

3e principe

La transition énergétique nécessaire renvoie à un changement des modèles de production et de consommation, à une redéfinition de la richesse et de la prospérité et à une réduction forte des inégalités sociales. Ce changement de modèle de société doit être démocratiquement discuté. Pour ATTAC, la durabilité des sociétés et des écosystèmes exigent une relocalisation des activités, le raccourcissement des circuits de production et de consommation et l’usage de sources d’énergies contrôlable par la population, à l’inverse des mirages technologiques et autres « fausses solutions » qui, comme les agro-carburants amèneront les grandes puissances à vouloir s’approprier les terres agricoles des pays du Sud ou , comme pour l’énergie nucléaire et sans oublier le problème des déchets, obligent au développement d’une technostructure éloignée de la population avec les risques écologiques avérés.

4e principe

Le contrôle par la population des programmes de réduction des émissions de gaz à effet de serre et d’adaptation au changement climatique est une nécessité. Elle est antinomique avec des systèmes tels que les « mécanismes de développement propre » et les marchés de droits d’émission de gaz à effet de serre qui permettent aux pays et aux grandes entreprises du Nord de ne pas réduire leurs émissions, de ne pas engager une véritable transition sociale et écologique, de transmettre aux pays du Sud des modèles souvent peu adaptés à leurs contraintes propres et aux savoirs propres qu’ils ont à développer. ATTAC refuse d’autant plus l’élargissement des MDP aux forêts (programme REDD), au nucléaire, aux terres agricoles, etc.

5e principe

La responsabilité des pays du Nord doit les conduire à des principes de solidarité financière et « technique » avec les pays du Sud, qui doit se traduire en transferts de fonds conséquents pour l’adaptation au réchauffement climatique et pour favoriser des activités respectueuses des équilibres écologiques (climat, biodiversité, etc.). La reconnaissance et l’extension de nombreux savoirs traditionnels, respectueux des écosystèmes et des populations, souvent détruits quand ils ne sont pas piratés par les transnationales, tout comme les transferts gratuits de technologie « propre » sont au centre des transformations nécessaires. C’est un des enjeux du somme de l’OMC à Genève fin novembre. Pour cela, nous demandons que soit créé un fonds mondial pour le climat, géré par l’ONU, et alimenté par des contributions obligatoires, publiques et différenciées des États.

1er axe stratégique pour Copenhague

ATTAC soutiendra, avec CJN ! [Climate Justice Now], mais aussi CAN [Climate action network] et l’essentiel du groupe des 77, les objectifs de réduction des émissions de gaz à effet de serre tels qu’ils ont été préconisés par le GIEC et le paiement par les pays du Nord, sous la forme de financements publics, des sommes nécessaires pour l’adaptation et les réductions d’émission dans les pays du sud.

2e axe stratégique

ATTAC soutiendra, avec CJN ! et le groupe des 77, le principe de la responsabilité historique des pays industrialisés dans l’augmentation des émissions de gaz à effet de serre, principe dont la traduction pratique sera de refuser la remise en cause de la partie des accords de Kyoto qui attribue des objectifs contraignants aux pays industrialisés.

3e axe stratégique

ATTAC s’opposera, avec CJN ! et certains pays, comme la Bolivie, aux mécanismes de développement propre et les marchés de droits d’émission de gaz à effet de serre qui permettent aux pays et entreprises du Nord de ne pas réduire leurs émissions ainsi qu’aux extensions envisagées pour les forêts (REDD), le nucléaire ou l’agriculture et qui achèveraient la marchandisation des biens communs à l’échelle de la planète.

4e axe stratégique

ATTAC préconisera, avec CJN ! et le groupe des 77, la mise en place d’un système de distribution des sommes nécessaires pour les pays du sud sous l’égide de l’ONU, sans ingérence de la Banque mondiale ou du FMI.

5e axe stratégique

Pour ATTAC, comme pour CJN ! et de nombreux pays du groupe des 77, le seul accord acceptable serait un « bon accord » reprenant les points énoncés ci-dessus ; comme il est prévisible que ce « bon accord » ne sera pas obtenu, ATTAC annonce dès aujourd’hui que la mobilisation après Copenhague demeurera un enjeu majeur pour l’avenir de nos sociétés.






Source : http://www.france.attac.org/spip.ph...

Ecouter aussi : Qu’est-ce que la dette climatique ? http://www.reporterre.net/spip.php?...

25 novembre 2020
Crime ou délit ? L’écocide divise les juristes de l’environnement
Info
20 novembre 2020
Politique anti-Covid : la France impose, l’Allemagne concerte
Info
13 novembre 2020
Serres de tomates, une filière énergivore et très concentrée
Enquête




Du même auteur       Attac