A Arras, un rassemblement émouvant pour les victimes des attentats

Durée de lecture : 1 minute

14 novembre 2015 / Barnabé Binctin et Romain Guédé (Reporterre)

A Arras, plus de 400 personnes se sont réunies dans le recueillement, en hommage aux victimes des attentats du 13 novembre.

- Arras (Pas-de-Calais), reportage

Une fois, deux fois, trois fois… La sirène a retenti douze fois, durant une minute. Assourdissante, dans le silence de la place des Héros. A Arras, ce samedi 14 novembre à midi, des centaines de personne s’étaient réunies devant l’Hôtel de Ville, au pied du beffroi d’où était lancée cette sirène.

Sous les parapluies multicolores, des yeux rouges, des bougies et des fleurs, quelques mots brandis sur des pancartes. « Paix », « Solidarité », « Fraternité ». Mais ni banderole, ni drapeau, ni de revendication politique. Le rassemblement citoyen, auquel jeunes et moins jeunes, élus ou responsables religieux, ont répondu, a été lancé par le collectif des « Onze de l’expression ». Ce collectif est né au lendemain du 11 janvier à la suite des attentats de Charlie Hebdo.

Près de quatre cents personnes s’étaient regroupées, selon l’estimation donnée par le commandant de police. Debouts, immobiles et muets, les manifestants ont écouté pendant une vingtaine de minutes la succession des sirènes, auquel se mêlait le son des cloches d’une église proche.

Le rassemblement silencieux s’est clos par une Marseillaise, doucement entonnée par une large partie du public.

- Ecouter le chant :

Le groupe se disperse dans le calme, pendant que le marché voisin a déjà remballé ses stands.


A Lille, des anti-immigrés perturbent le rassemblement

Dans l’après-midi à Lille, un rassemblement silencieux était organisé sur la place de la République, selon Marine Tondelier, jointe au téléphone par Reporterre. Alors que les centaines de personnes se recueillaient silencieusement, une quinzaine d’individus sont arrivés par une rue latérale en scandant des slogans hostiles aux immigrés. Ils ont été repoussés par les manifestants et par la police.


Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Lire aussi : Réactions aux attentats du 13 novembre

Source : Barnabé Binctin pour Reporterre

Photos : © Romain Guédé/Reporterre
- A Lille : Marine Tondelier



Documents disponibles

  Sans titre   Sans titre
17 octobre 2019
Crues au nord, assèchement au sud : la crise climatique dérègle déjà nos rivières
Info
18 octobre 2019
L’écologie populaire, c’est aussi dans les campagnes
Enquête
17 octobre 2019
EN VIDÉO – Le 115 du particulier, une communauté autogérée d’anciens SDF
Alternative




Du même auteur       Barnabé Binctin et Romain Guédé (Reporterre)