A Besançon, on réduit presque de moitié la quantité de déchets

Durée de lecture : 1 minute

26 février 2014 / dd.magazine

On paye selon la quantité de déchets. Résultat : moins de déchets. A Besançon, ça marche.


En 2012 sur les 59 communes du Grand Besançon, une redevance incitative sur les déchets à été instituée. Elle consiste à facturer l’usager selon le poids de déchets collecté. La redevance est constituée d’une part variable selon le poids et le nombres de levées (une puce électronique intégrée au bac permet d’identifier son propriétaire), et d’une part fixe dite « abonnement ». Et ça marche : en 2013, les Bisontins n’ont produit qu’en moyenne 168 kg de déchets par habitant contre 289 kg pour la moyenne des Français. Un objectif qui n’était attendu qu’à la fin de l’année 2014.

Le Grand Besançon a par ailleurs accompagné les Bisontins dans la démarche, notamment avec le développement du compostage : 7 000 composteurs individuels, 167 composteurs collectifs et sept chalets de compostage en habitat dense proposés par le SYBERT (syndicat mixte pour le traitement des déchets) aux habitants du Grand Besançon.

La collectivité incite aussi l’évolution des gestes au quotidien : achats de produits générant peu de déchets, recyclage, apport en ressourcerie (réemploi de 364 tonnes de matériaux en 2012 contre 135 en 2008).

Ce dispositif permet au Grand Besançon d’optimiser sa collecte des déchets avec la diminution du taux de présentation des bacs à la collecte : présentation du bac trois fois sur quatre dans la ville-centre et une sur deux pour les communes du Grand Besançon ; et donc de maitriser ses coûts pour la gestion des déchets.


Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : dd.magazine.

Photo : FR3 Franche Comté.

Lire aussi : Arrêter de jeter les bio-déchets et en faire du compost.

13 novembre 2019
En Alsace, le village de Muttersholtz montre la voie de l’écologie
Reportage
12 novembre 2019
Qu’est-ce qu’un nano-plastique ?
1 minute, 1 question
13 novembre 2019
EN VIDÉO - Contre le déclin des oiseaux, les naturalistes misent sur le baguage
Reportage