A Nonant le Pin, ouvriers amenés par l’entreprise contre opposants à la décharge

24 janvier 2014 / Barnabé Binctin (Reporterre)

Face aux opposants à la centrale d’enfouissement de Nonant-le-pin, des salariés de GDE ont manifesté ce matin devant la décharge. Ceux qui occupent la centrale depuis trois mois dénoncent l’instrumentalisation d’un conflit social.


A l’origine du conflit, l’ouverture programmée à Nonant-le-pin (Orne) de cette centrale d’enfouissement qui doit accueillir des déchets RBA (résidus de broyage automobile) et DIB (déchets industriels banals). Porté par GDE (Guy Dauphin Environnement), une entreprise de recyclage basée en Normandie, le projet cristallise l’opposition de plusieurs associations, dont Nonant Environnement, qui dénoncent depuis sa genèse en 2006 son surdimensionnement et ses impacts négatifs sur l’environnement.

Le 12 août 2013, le Tribunal de Grande Instance d’Argentan ordonne une expertise environnementale et hydrogéologique afin de faire l’état des lieux sur les caractéristiques du sous-sol. Mais GDE refuse de mettre en place les conditions nécessaires à la réalisation de cette étude, et est condamnée pour cela en décembre dernier.

Depuis le 24 octobre, un blocus s’est organisé pour empêcher les camions de GDE d’entasser les premiers déchets sur le site. Mme Dominique Bouissou, membre du F.R.O (Front de résistance de l’Orne), parle d’un « blocus citoyen, qui réunit des agriculteurs et des éleveurs, des retraités, des militants politiques. Nous sommes toujours au minimum trente à veiller sur place, depuis trois mois ». Ces riverains opposés au projet ont par ailleurs lancé une pétition qui a recueilli près de 40 000 signatures et reçu quelques soutiens politiques, dont celui de José Bové.

Alors qu’en début de semaine le ministre de l’Ecologie, Philippe Martin, avait annoncé la nomination d’un médiateur sur ce dossier, GDE a organisé ce matin vendredi une contre-manifestation, pour faire suite à l’annonce du gel du recrutement de 84 personnes par GDE, en conséquence du blocus. Ce sont ainsi deux cars de salariés de GDE provenant de l’usine voisine de broyage à Rocquancourt qui ont défilé sur le thème « Si nous perdons notre emploi, c’est de votre faute ».

Sur place, aucune violence n’est à déplorer. Jointe au téléphone, Noëlle Sandoz, présidente de Nonant Environnement, raconte que les manifestants ont « essayé de pénétrer la centrale, mais notre cordon d’opposition a tenu sa position et n’a laissé personne entrer. Il n’y a pas eu de dialogue particulier ». Présente, la gendarmerie a encadré la confrontation qui s’est achevée aux alentours de midi.

Pour les opposants à la décharge de Nonant-le-Pin, il y a là une instrumentalisation de conflit social : « Il s’agit d’une manipulation grossière de GDE, qui a réquisitionné ses salariés de Rocquancourt pour les envoyer nous provoquer sur le lieu du blocus ». Avant-hier, le président de la Région Basse-Normandie, Laurent Beauvais, avait accusé l’entreprise GDE de chantage à l’emploi : « Je ne peux accepter cette façon arrogante et provocatrice de s’adresser à l’opinion sur un sujet aussi sensible que l’emploi, compte tenu du contexte qui environne cette société ».


Puisque vous êtes ici…

… nous avons une petite faveur à vous demander. Dans une période où les questions environnementales sont sous-représentées dans les médias malgré leur importance, Reporterre contribue à faire émerger ces sujets auprès du grand public. Le journal, sans propriétaire ni actionnaire, est géré par une association à but non lucratif. Nous sommes ainsi totalement indépendants. Personne ne dicte notre opinion. Cela nous permet de couvrir des évènements et thèmes délaissés par les autres médias, de donner une voix à ceux qui ne sont pas audibles, et de questionner les puissants en les mettant face à leurs responsabilités.

Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, mais nos revenus ne sont pourtant pas assurés. Contrairement à une majorité de médias, nous n’affichons aucune publicité, et nous laissons tous nos articles en libre accès. Vous comprenez sans doute pourquoi nous avons besoin de demander votre aide. Reporterre emploie une équipe de journalistes professionnels, qui produit quotidiennement des informations, enquêtes et reportages. Nous le faisons car nous pensons que notre vision, celle de la préservation de l’environnement comme sujet majeur de société, compte — cette vision est peut-être aussi la vôtre.

Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre


Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre.

Source : Reporterre

Lire aussi : Quand les riches s’opposent à une décharge…


Pour une information libre sur l’écologie, soutenez Reporterre :


19 avril 2019
La Défense bloquée toute la journée par les activistes du climat
Reportage
19 avril 2019
Notre-Dame : le bois de chêne de la charpente était « médiocre »
Enquête
19 avril 2019
7e leçon des jeunes au gouvernement : place à l’éco-construction
Tribune


Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre



Du même auteur       Barnabé Binctin (Reporterre)