A Toulouse, un centre social abandonné est occupé par les SDF

Durée de lecture : 2 minutes

15 mars 2012 / Le collectif du château


Le 20 février 2012, l’Etat a décidé de nous remettre à la rue en mettant fin au plan grand-froid.

Fatigué d’appeler le 115 chaque soir pour recevoir la même réponse négative, nous avons décidé de nous organiser ensemble pour lutter contre la misère organisée et maintenue par l’Etat et de trouver nous-même une solution à un problème qui ne devrait même pas se poser.

Nous avons donc choisi de réquisitionner des bâtiments laissés vide par leur propriétaire pour avoir un logement digne, souffler et reprendre nos vies en main car CHAQUE NUIT IL FAIT TOUJOURS AUSSI FROID ET ON EST TOUJOURS AUSSI SEUL.

Malgré que nous avions occupé plusieurs lieux depuis plus de 48 heures, l’Etat s’est passé de ses propres lois et a décidé d’entrer chez nous pour nous en sortir au petit matin.

Depuis le 5 mars, nous avons emmenagé dans un bâtiment situé 63 allée des Vitarelles pour mettre à l’abri des personnes vivant seules ou en couple qui n’avaient d’autre choix que de dormir à la rue.

Grâce à cette réquisition ce sont plus de 25 personnes qui ne sont plus obligées de dormir à la rue, qui organise une vie collective et construise ensemble un projet social ouvert sur le quartier et sur la ville.

Ces personnes viennent de rendre à l’histoire ce qui lui appartient : en effet, cet édifice était une Maison de Retraite et un Bureau d’aide sociale créé au début du 20e siècle. Ces bureaux d’aide sociale étaient les ancêtre des centres communaux d’action sociale.

Ce bâtiment, désaffecté depuis plus d’un an ne servait qu’à y entreposer des déambulateurs. Alors que peut-être tous ensemble nous pourrons continuer l’histoire et faire de ce lieu un point d’entraide sociale et d’affaissement des barrières que la société nous mets dans la tête.

Le premier contact avec le propriétaire, la Mairie de Toulouse, et le voisinage est positif et l’ambiance à l’intérieur est au beau fixe.

Toutefois, nous avons besoin de votre aide pour meuble ce lieu et organiser de nouvelles formes de vie.

Vous trouverez donc ci-joint une liste de nos besoins :

- matelas et sommiers

- tables, chaises, commodes...

- nourriture

- produits d’entretien, vaisselle...

Nous vous invitons aussi à passer nous voir pour prendre un café, participer à l’organisation de la vie du lieu, proposer des projets,....et surtour nous apporter votre joie ou bénéficier de la nôtre.

Nous vous invitons aussi à participer à ce mouvement car nous devons continuer à nous battre pour les autres et avec les autres. En effet, plus de 150 personnes dorment à la rue chaque soir.

Nous continuons donc la lutte.

Ceci est aussi un appel à rejoindre ce mouvement social qui, comme d’autres à Toulouse, ont décidé de reprendre leur destin pour que toutes et tous puissions vivre digne et heureux.



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : Courriel à Reporterre

Contact : occupybernies (arobase) gmail.com et Groupement pour la défense du travail social

Lire aussi : A Toulouse, la préfecture veut expulser des familles avec enfants

25 juillet 2019
Aux Rencontres de la photographie d’Arles, les murs séparent, la nature relie
À découvrir
25 juillet 2019
Éradiquer les punaises de lit, une véritable guerre des nerfs
Enquête
14 septembre 2019
Algues vertes en Bretagne : 4 points pour comprendre le problème
Info