A Vannes, le tunnel construit par Vinci lui serait outrageusement profitable

Durée de lecture : 1 minute

7 mars 2013 / Isabelle Johancik (Ouest France)


Patrick Lagarde a épluché le contrat de partenariat public-privé. Il estime que la vérité des chiffres a été cachée.

Expert en techniques du bâtiment et ancien président des Amis de Vannes, Patrick Lagarde (notre photo) a écrit, samedi, une lettre ouverte au maire de Vannes.

Il y affirme que des chiffres auraient « été cachés aux Vannetais et aux élus en disant que ce tunnel de Kerino coûterait 76,2 millions. La vérité est qu’il coûtera 90,36 millions ».

Il a épluché le complexe contrat qui lie la Ville à la société Vinci : près de quinze millions d’euros sous « la forme de subventions versées à Vinci » n’auraient jamais été mentionnés.

Au chapitre « aspects financiers », figurent ces subventions de l’Agglo, du conseil général et de l’État. « ces sommes ne passent pas par le plan de financement. » Plus de 3 millions pour le premier appel de fonds ; près de 6 millions lors du second et plus de 4 au troisième.

Toxique

Patrick Lagarde dénonce également le choix d’un taux variable de
l’emprunt. « C’est dangereux et toxique : les taux sont très bas actuellement et les frais financiers attractifs. Mais d’ici à deux ou trois ans ? Et sur vingt-huit ans ? »

Il estime que la Ville de Vannes prend seule des risques : « Vinci fait son métier. Déjà, quelle évolution des chiffres depuis l’origine de ce projet ! »



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une petite faveur à vous demander. Dans une période où les questions environnementales sont sous-représentées dans les médias malgré leur importance, Reporterre contribue à faire émerger ces sujets auprès du grand public. Le journal, sans propriétaire ni actionnaire, est géré par une association à but non lucratif. Nous sommes ainsi totalement indépendants. Personne ne dicte notre opinion. Cela nous permet de couvrir des évènements et thèmes délaissés par les autres médias, de donner une voix à ceux qui ne sont pas audibles, et de questionner les puissants en les mettant face à leurs responsabilités.

Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, mais nos revenus ne sont pourtant pas assurés. Contrairement à une majorité de médias, nous n’affichons aucune publicité, et nous laissons tous nos articles en libre accès. Vous comprenez sans doute pourquoi nous avons besoin de demander votre aide. Reporterre emploie une équipe de journalistes professionnels, qui produit quotidiennement des informations, enquêtes et reportages. Nous le faisons car nous pensons que notre vision, celle de la préservation de l’environnement comme sujet majeur de société, compte — cette vision est peut-être aussi la vôtre.

Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source et photo : Ouest-France

Lire aussi : Vinci, bétonneur mondial, est partout