A Vannes, le tunnel construit par Vinci lui serait outrageusement profitable

Durée de lecture : 1 minute

7 mars 2013 / Isabelle Johancik (Ouest France)




Patrick Lagarde a épluché le contrat de partenariat public-privé. Il estime que la vérité des chiffres a été cachée.

Expert en techniques du bâtiment et ancien président des Amis de Vannes, Patrick Lagarde (notre photo) a écrit, samedi, une lettre ouverte au maire de Vannes.

Il y affirme que des chiffres auraient « été cachés aux Vannetais et aux élus en disant que ce tunnel de Kerino coûterait 76,2 millions. La vérité est qu’il coûtera 90,36 millions ».

Il a épluché le complexe contrat qui lie la Ville à la société Vinci : près de quinze millions d’euros sous « la forme de subventions versées à Vinci » n’auraient jamais été mentionnés.

Au chapitre « aspects financiers », figurent ces subventions de l’Agglo, du conseil général et de l’État. « ces sommes ne passent pas par le plan de financement. » Plus de 3 millions pour le premier appel de fonds ; près de 6 millions lors du second et plus de 4 au troisième.

Toxique

Patrick Lagarde dénonce également le choix d’un taux variable de
l’emprunt. « C’est dangereux et toxique : les taux sont très bas actuellement et les frais financiers attractifs. Mais d’ici à deux ou trois ans ? Et sur vingt-huit ans ? »

Il estime que la Ville de Vannes prend seule des risques : « Vinci fait son métier. Déjà, quelle évolution des chiffres depuis l’origine de ce projet ! »






Source et photo : Ouest-France

Lire aussi : Vinci, bétonneur mondial, est partout