Faire un don
28806 € récoltés
OBJECTIF : 80 000 €
36 %
Pour une presse libre comme l'air ! Soutenir reporterre

A Vannes, le tunnel construit par Vinci lui serait outrageusement profitable

Durée de lecture : 1 minute

7 mars 2013 / Isabelle Johancik (Ouest France)


Patrick Lagarde a épluché le contrat de partenariat public-privé. Il estime que la vérité des chiffres a été cachée.

Expert en techniques du bâtiment et ancien président des Amis de Vannes, Patrick Lagarde (notre photo) a écrit, samedi, une lettre ouverte au maire de Vannes.

Il y affirme que des chiffres auraient « été cachés aux Vannetais et aux élus en disant que ce tunnel de Kerino coûterait 76,2 millions. La vérité est qu’il coûtera 90,36 millions ».

Il a épluché le complexe contrat qui lie la Ville à la société Vinci : près de quinze millions d’euros sous « la forme de subventions versées à Vinci » n’auraient jamais été mentionnés.

Au chapitre « aspects financiers », figurent ces subventions de l’Agglo, du conseil général et de l’État. « ces sommes ne passent pas par le plan de financement. » Plus de 3 millions pour le premier appel de fonds ; près de 6 millions lors du second et plus de 4 au troisième.

Toxique

Patrick Lagarde dénonce également le choix d’un taux variable de
l’emprunt. « C’est dangereux et toxique : les taux sont très bas actuellement et les frais financiers attractifs. Mais d’ici à deux ou trois ans ? Et sur vingt-huit ans ? »

Il estime que la Ville de Vannes prend seule des risques : « Vinci fait son métier. Déjà, quelle évolution des chiffres depuis l’origine de ce projet ! »



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source et photo : Ouest-France

Lire aussi : Vinci, bétonneur mondial, est partout