Faire un don
28970 € récoltés
OBJECTIF : 80 000 €
36 %
Pour une presse libre comme l'air ! Soutenir reporterre

A la menace, les écologistes répondent par la démocratie

Durée de lecture : 5 minutes

9 janvier 2015 / Barnabé Binctin et Lorène Lavocat (Reporterre)

Après l’abasourdissement, des questions émergent de nos larmes : que répondre à l’horreur ? Que dire, que faire face à la barbarie et l’obscurantisme ? Comment résister aux sirènes trompeuses de la peur et de la haine ? Avancer avec prudence, ne pas se tromper de combat... et proposer un autre modèle de société, répondent les mouvements de gauche-écologiste.

Appels au rétablissement de la peine de mort, attaques contre les mosquées, etc. Au lendemain de l’attaque contre Charlie Hebdo, un risque se fait jour ; celui d’une descente vers les pans glissants de la violence et de la xénophobie. « Oui, la France pourrait être submergée par un flot tumultueux de passions et de haine », prévient Jean-Luc Mélenchon, membre du Parti de gauche. Le risque, pour Barbara Romagnan, députée PS frondeuse, serait ainsi de tomber dans le piège qui se tend : « Il ne faut pas entrer dans la logique de ceux qu’on dénonce. Non, la France n’est pas en guerre ».

Pourtant, les dizaines de milliers de personnes réunies spontanément partout en France crient le contraire : « Vive la France unie ! ». Pierre Larrouturou, co-fondateur de Nouvelle Donne, garde confiance : « Notre pays est solide, la République aussi ». Présent aux manifestations du mercredi puis du jeudi soir, Christophe Najdovski, conseiller municipal écologiste à la Ville de Paris, voit dans ces hommages collectifs une « saine réaction » : « Alors que le peuple dit de gauche sombrait dans l’atonie, ces rassemblements montrent qu’il reste une vraie capacité de mobilisation ».

Afin d’éviter tout dérapage, un maître mot : la prudence. « Il nous faut aussi respecter un temps pour le deuil et l’humilité », rappelle Julien Bayou, porte-parole d’Europe-Ecologie-les-Verts. « Attention aux mots, attention aux discours, pour ne pas enclencher une logique de guerre civile », insiste Jean-Luc Mélenchon. « La première vertu, c’est le discernement, car on est sur une ligne de crête ».

"Les vrais combats sont sociaux et écologiques"

A l’heure où certaines peurs pourraient être savamment instrumentalisées, les responsables politiques veulent désamorcer les amalgames. « Il ne faut pas se tromper de combat. Une guerre contre le terrorisme, oui, peut-être, mais les vrais combats sont sociaux et écologiques, ce sont d’abord le chômage et le changement climatique » nous assure Pierre Larrouturou. De son côté, Jean-Luc Mélenchon réfute le terme-même de terrorisme : « C’est un assassinat politique. Il ne s’agit pas d’un choc de civilisation, mais bien d’obscurantisme ».

Toutefois, l’urgence de la situation impose une certaine fermeté face aux actes commis. Pas question de faire preuve de laxisme, pour Christophe Najdovski, mais bien plutôt d’ « esprit de responsabilité, en pareilles circonstances exceptionnelles ». Exemple ? Le plan Vigipirate. « Il est absolument nécessaire, estime Julien Bayou. Il faut pouvoir faire face, en arrêtant d’abord les terroristes puis en les menant en justice ».

Beaucoup redoutent cependant une recrudescence de lois liberticides en effet-rebond : « J’ai une crainte : que cette tragédie serve de prétexte à des lois liberticides. Nous n’avons pas besoin d’une énième loi anti-terroriste », s’alarme Barbara Romagnan. « Il faut se concentrer sur la défense des libertés publiques. Le délire sécuritaire n’est pas la réponse ». D’autant que leur efficacité est sérieusement remise en cause : « Les mesures ultra-sécuritaires se sont accumulées ces dernières années sans que rien ne change » rappelle Julien Bayou.

On insiste au contraire sur l’amélioration du travail de prévention. Dans les rangs d’EELV, on veut répondre par le modèle norvégien, en paraphrasant pour l’occasion Fabian Stang, maire d’Oslo à l’époque des attentats d’Anders Breivik : « La punition sera plus de générosité, plus de tolérance, plus de démocratie ».

Concrètement ? Une mesure comme le vote des étrangers devrait être exhumée du carton des promesses présidentielles, à l’heure où une partie de la population peut se sentir « déconsidérée » poursuit Julien Bayou. « Ce n’est pas une réponse unique, mais une partie du désarroi actuel vient clairement de ce sentiment de ’citoyens de seconde zone’ ». Même son de cloche du côté de Pierre Larrouturou : « Ce n’est pas en ostracisant une partie des Français qu’on réglera le problème ».

Place de la République, Marie Toussaint, militante de la nouvelle génération d’écologistes, place la cohésion sociale comme la première des priorités : « L’intégration de tous est un principe fondamentalement écologiste. Quand on se bat pour que tout le monde puisse vivre sur la planète, on se bat certes pour la préservation des ressources, mais aussi pour le vivre-ensemble », prônant l’empathie comme valeur cardinale.

La racine : une société qui fabrique des malades

« En novembre prochain, ce sera les dix ans de la dite ’crise des banlieues’ de 2005 », se rappelle-t-elle. Un signal que le vivre-ensemble était en danger. Malgré tout, « on a continué d’y répondre par un discours sécuritaire, alors que le problème est ailleurs : ce sont les inégalités ».

« Notre société fabrique des malades », s’exaspère Barbara Romagnan. Un avis partagé par Pierre Larrouturou : « Ce qu’exprime aussi cette attaque, c’est la souffrance, profonde, anthropologique qu’il y a dans notre société. Et c’est en grande partie notre système capitaliste qui la crée ». Lui pointe aussi la responsabilité de ceux qui nous gouvernent. « Les dirigeants actuels, incapables d’agir, font preuve de médiocrité, de mensonges ».

La réponse à la barbarie passe donc aussi par un changement de modèle. « Il faut un changement politique, avec plus de convivialité, plus de vivre-ensemble », poursuit le co-fondateur de Nouvelle Donne. Une autre société fondée sur l’écologie. « L’écologie nous permet de penser le monde différemment, notamment sur la croissance et l’hyper-consommation, dit Barbara Romagnan. Elle nous propose plus d’harmonie, avec la nature, mais aussi avec les autres. Elle est donc plus que jamais nécessaire ».

De son côté, Nicolas Hulot nous écrit : « Ce drame nous ramène à l’essentiel : l’humain. Soudain l’on se regarde, enfin nous ne sommes plus des ombres invisibles qui déambulent sur les trottoirs, mais des êtres sensibles et vulnérables. Cette tragédie pulvérise les futilités où nous nous engluons de jour en jour. » Alors, que faire ? « A la haine opposer l’amour, à la folie, la raison. L’écologie est un esprit universel qui, sur une vision du progrès et du sens, nous unit au delà des différences, qui fait de la diversité le plus précieux des patrimoines. L’écologie est un rappel inlassable de notre communauté d’origine et de destin. »


Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Lire aussi : Horreur, amitié, détermination

Source : Barnabé Binctin et Lorène Lavocat pour Reporterre

Images :
. chapô : Tommy Dessine
. photos : place de la République, à Paris (Lorène Lavocat)
. Hollande : Trax

8 novembre 2019
La réforme de l’assurance chômage va « hacher menu » les précaires
Entretien
6 décembre 2019
Géo-ingénierie : « La Terre est une bête incontrôlable. Vouloir la mettre en laisse, c’est chercher des ennuis »
Entretien
6 décembre 2019
De la Maison du peuple à l’hôpital, une journée de mobilisation à Saint-Nazaire
Reportage




Du même auteur       Barnabé Binctin et Lorène Lavocat (Reporterre)