Média indépendant, en accès libre pour tous, sans publicité, financé par les dons de ses lecteurs
Recevoir la lettre d'info

Algues vertes : toujours pas de remise en cause du système agricole breton


Lundi 19 juillet, Chantal Jouanno se rendait, avec le ministre de l’agriculture, Bruno Le Maire, à Binic, dans les Côtes d’Armor, pour faire le point sur la mise en œuvre du plan gouvernemental de lutte contre les algues vertes. La fédération France Nature Environnement rappelle la nécessité de remettre en cause le modèle agricole de l’élevage industriel si le gouvernement veut mettre fin à ce phénomène et à ses impacts économiques et sanitaires.

Les impacts sanitaires pointés du doigt par l’ANSES

Selon l’agence, les algues vertes doivent être ramassées dans les 24 heures qui suivent leur arrivée sur les plages, et traitées rapidement. Le ramassage des algues fraîches serait le seul moyen de dispenser les travailleurs de "contraintes lourdes de protection". Lorsqu’elles sont en état de putréfaction avancée, ces algues dégagent de l’hydrogène sulfuré, gaz très toxique qui peut provoquer des irritations des yeux, des voies respiratoires, voire, en cas de concentration élevée, des troubles neurologiques ou même entraîner un arrêt cardiaque.

Changer de modèle agricole

Avec cinq porcs par habitant, la Bretagne dépasse sa capacité d’accueil maximum, liée à la superficie disponible pour l’épandage de lisier. Un rapport du préfet des Côtes d’Armor, sorti en septembre 2009, désignait les pratiques agricoles comme principales responsables de la prolifération des algues vertes. Pour FNE, la prolifération des algues vertes ne sera enrayée que si on s’attaque à la cause du problème : la concentration de porcs sur le territoire breton.

Pour Jean-Claude Bévillard, chargé des questions agricoles : « C’est tout un modèle économique qui doit être remis en cause : il s’agit de favoriser des productions adaptées au terroir (actuellement, l’élevage breton est massivement nourri par des aliments importés), orientées vers la qualité, et donc rentables avec un cheptel réduit. L’agriculture biologique et l’agriculture de Haute Valeur Environnementale doivent être particulièrement encouragées. »


📨 S’abonner gratuitement aux lettres d’info

Abonnez-vous en moins d'une minute pour recevoir gratuitement par e-mail, au choix tous les jours ou toutes les semaines, une sélection des articles publiés par Reporterre.

S’abonner
Fermer Précedent Suivant

legende