Après la reprise,... la rechute

Durée de lecture : 5 minutes

5 octobre 2009 / Jean-Marc Jancovici



Les économistes officiels s’excitent déjà sur « la reprise ». Négligeant le fait que celle-ci entraînerait une hausse du prix du pétrole, qui ferait revenir la récession. Et si l’on changeait de logiciel ?


C’est évident : après le trou d’air actuel, il y aura la reprise ; après les 80 % de dette ramenée au PIB, çà va revenir à 10 % ; après les 3 % de récession, on va retrouver 2,5 % de croissance par an, et tout cela ne sera bientôt qu’un mauvais souvenir. En sommes-nous si sûrs ?

Ce dont nous sommes sûrs, c’est que depuis 1970 il n’y a pas un choc pétrolier qui ne soit suivi d’un ralentissement économique, voire d’une franche récession selon les zones. La période actuelle n’y fait pas exception. Le pétrole, c’est comme le tabac : ce n’est pas au moment de la hausse du prix que nous avons les ennuis, çà peut être 3, 5 ou même 20 ans après, l’explosion de l’endettement privé depuis 30 ans étant par exemple une conséquence assez logique du choc pétrolier de 1979 (ne pas oublier que, pour l’essentiel, les banquiers ne peuvent faire les cons que si en face il y a des clients pour çà). Avant on a calé la machine sur 5 % de croissance par an, après on a eu « seulement » 2 % et c’est en recourant au crédit que l’on a maintenu une machine « en marche rapide » (et donc une consommation en croissance rapide).

Question : combien de temps cela vat-il durer ? Si l’on en croit les dirigeants du monde pétrolier.... c’est en train de prendre fin. Un ancien dirigeant de Saudi Aramco (premier producteur mondial de brut à parité avec Gazprom) vient par exemple de déclarer que la production pétrolière est à son plateau et qu’elle ne va plus jamais augmenter à partir de maintenant, avant de baisser « plus tard » : http://contreinfo.info/article.php3...

N’allez pas me dire que je me méfie suffisamment de la presse pour éviter de citer un média particulier (ContreInfo), en l’espèce je connais l’individu et il disait déjà la même chose en novembre 2007 à "Oil and
Money Conference" à Londres :-)

Ca veut dire quoi si notre ami a raison ? Que lorsque les efforts pour relancer l’économie produiront leurs fruits, ce qui a pour objet de faire « repartir » la consommation, donc la consommation d’énergie, nous allons buter sur le mur des ressources pétrolières (la production n’augmentera pas même si on veut en consommer plus), et que le plus probable alors est que nous allons repasser par l’enchaînement que nous venons de vivre : augmentation forte des prix du pétrole, récession à la suite, et que les Français et les autres pourront oublier l’idée qu’après le trou d’air actuel nous aurons de nouveau une croissance robuste pour payer les retraites, boucher le déficit, réaugmenter le pouvoir d’achat et trouver un job de bureau à tout le monde dans un contexte de productivité croissante du travail. Bref si cet homme a raison, après la récession, nous aurons quelques brèves années de rémission, puis... la récession à nouveau.

Notre ami a-t-il raison ? Il dit la même chose que De Margerie, que l’Institut Français du Pétrole, que Shell, que le premier banquier d’affaires dans le pétrole aux USA (Matthew Simmons), et tout cela est cohérent avec le fait que la production mondiale de pétrole n’a pas augmenté en 2007 et 2008 malgré des prix très élevés (et donc une envie très forte des consommateurs pour en acheter à ceux qui en avaient à vendre) et encore un certain nombre d’autres détails que je vous passe.

Il me semble que, si nous voulons éviter de nous retrouver dans une sombre m... par aveuglement confortable, on pourrait parler un peu plus de cet homme et de ses pairs dans les colonnes des journaux, non ? En tous cas ca me paraît mériter un peu plus de place dans le canard que la méthode Coué, dont l’essentiel des tenants (qui incluent un bon paquet de nos ministres actuels) sont hélas largement ignorants sur la place réelle de l’énergie dans nos activités et sur les perspectives d’approvisionnement futur (même conclusion pour le changement climatique !).

C’est pourtant cette méthode Coué qui se taille la part du lion actuellement dans les visions pour l’avenir, à quelques exceptions près. Il ne s’agit pas de démoraliser les troupes ou de vouloir le malheur de chacun, mais au contraire de l’éviter : l’histoire l’a amplement montré, la mauvaise surprise est très mauvaise conseillère.... et l’éviter est rendre un très bon service à tout le monde !

Ce petit mot n’a donc qu’une seule ambition : vous inciter à ne pas éluder les sujets qui fâchent, parce que c’est vous qui fournissez à nos chers électeurs l’essentiel de leur information et donc à nos chers élus
l’essentiel de ce qui guide leur action (c’est comme çà, j’ai désormais suffisamment vu de conseillers ministériels pour l’avoir compris, quoi que l’on en pense par ailleurs). Et à très bref délai parler plus
souvent de cette affaire de pic de production - et non de « fin du pétrole », ânerie que l’on voit encore circuler le plus souvent quand il est question de cette affaire - serait rendre un grand service à mes
concitoyens (et à tous ceux de vos confrères qui n’ont toujours rien compris au problème, même s’ils causent à plein de téléspectateurs, auditeurs ou lecteurs :-) ).

Un exemple parmi d’autres, à 40 milliards celui-là : selon que l’on croit ou non à cette contrainte énergie-climat et à ce que j’évoque ci-dessus, on pense que le grand emprunt doit aller à "un monde meilleur
grace à la techno.com« , ou à »tout ce qui permet d’enlever du pétrole de l’économie.com« . Dans le premier cas, c’est nanotechs, biotechs, et autres »meilleure-tech qui va nous mettre devant les Amerloques dans le classement international de ceci-cela", avec quand même un poil de train - mais grande vitesse s’il vous plaît -, et dans le second ça n’aura rien à voir (formation des maçons et des urbanistes, financement de la
baisse de la demande de mobilité, réinjection de paires de bras dans l’agriculture, etc, la liste des courses est déjà faite : www.manicore.com/documentation/arti...). Et c’est juste un petit exemple !






Source : Courriel à Reporterre

Ecouter aussi : Le bas prix du pétrole remet-il en cause la théorie du choc pétrolier ? http://www.reporterre.net/spip.php?...

26 septembre 2020
Mobilisation climat : faisons place à la vie
Tribune
23 septembre 2020
La réforme de la recherche « ne nous incite pas à prendre soin du monde dans lequel on vit »
Entretien
22 septembre 2020
À Dijon, une zad pour préserver un îlot de nature en ville
Reportage