Arrêter de jeter les bio-déchets et en faire du compost

Durée de lecture : 4 minutes

24 juin 2013 / Je veux mon bac bio


Un tiers de nos poubelles sont des biodéchets

Epluchures, restes de repas, marc de café et sachets de thé, pain rassis, os, viandes, produits périmés et fleurs fanées sont des biodéchets, également appelés « fraction fermentescible des ordures ménagères » (FFOM).

Aujourd’hui, les biodéchets sont jetés en mélange avec les autres déchets ménagers et sont majoritairement incinérés ou enfouis en centres de stockage (décharges).

Ces traitements sont source de pollution pour les sols, l’eau et l’atmosphère et sont nocifs pour la santé humaine.

Triés à la source, séparément du reste des ordures ménagères, les biodéchets peuvent être valorisés en compost et biogaz, deux ressources dont nous avons grand besoin.

Non au gaspillage alimentaire

Si les produits périmés et restes de repas sont aussi des biodéchets, la priorité doit être leur réduction car ce sont des biodéchets évitables : plus de vingt kilogrammes d’aliments par an et par personne sont ainsi gaspillés. Ce sont autant d’aliments qui pour leur fabrication ont nécessité de l’eau, de l’énergie, des engrais et ont consommé de l’espace, tout ça pour finir dans nos poubelles sans passer par l’assiette. Réduisons le gaspillage alimentaire pour n’avoir à composter que ce qui n’est pas évitable.

Trier à la source pour valoriser nos biodéchets

Le tri à la source, c’est-à-dire dans nos habitations, permet une valorisation optimale de nos biodéchets et de répondre à des besoins essentiels :

- Agriculture
Un compost produit à partir des biodéchets triés à la source est un amendement organique de qualité qui améliore la santé agronomique des sols en diminuant le recours aux produits fertilisant issus de la pétrochimie.

Le compost peut également être utilisé dans les jardins et plantes en pots par les particuliers ou les services des espaces verts des communes. De plus, les initiatives de compostage partagé permettent de créer du lien social entre les habitants d’un même quartier.

- Energie et Climat
La valorisation des biodéchets répond à l’enjeu majeur de production d’énergie renouvelable. Le biogaz issu de la méthanisation des biodéchets peut ainsi produire de la chaleur, de l’électricité et du carburant.

Il permet également d’éviter les émissions de gaz à effet de serre générées par la mise en décharge et l’incinération et de stocker du carbone dans le sol.

Le saviez-vous ?
Valoriser nos biodéchets sous forme de biogaz répond aux objectifs du Grenelle de l’environnement qui fixe un objectif de 23% de production d’énergie renouvelable d’ici 2020.

- Environnement et santé
Le tri à la source des biodéchets permet d’éviter le recours à la mise en décharge et à l’incinération qui sont des méthodes polluantes pour l’air, les sols et les nappes phréatiques.

Le saviez-vous ?

Les lois soutiennent déjà le tri à la source des biodéchets.
Les restaurants, hypermarchés, établissements scolaires, etc. qui produisent plus de 120 tonnes de biodéchets par an, ont l’obligation de les gérer séparément depuis 2012. En 2016, cette obligation réglementaire s’étendra aux producteurs de plus de 10t/an de biodéchets, ce qui correspond à la production d’environ 200 repas par jour sur une année.

Trier les biodéchets à la source pour éviter le recours au tri mécano-biologique (TMB)

Le tri mécano-biologique (TMB) est présenté comme la nouvelle solution « écologique » pour traiter les déchets ménagers. C’est en fait un risque important que prend une collectivité au regard des impacts économiques, environnementaux et sanitaires que génère ce type d’installation.

Ci-dessus une photo de ’compost’ issu de TMB, des contaminants sont visibles à l’œil nu.

Le TMB est une usine qui prétend faire du compost à partir de nos ordures ménagères en mélange. Celles-ci contiennent encore beaucoup de déchets toxiques : toutes sortes de plastiques, des couches, des piles, des restes de berlingots de javel, des protections hygiéniques, des ampoules, des aérosols, etc.

N.B : Seule une pile sur trois est aujourd’hui collectée pour être traitée correctement.

En savoir plus sur le TMB

..........................................................

Signez la pétition

Les biodéchets représentent plus du tiers de nos ordures ménagères et sont encore jetés en mélange dans la poubelle avec les autres déchets.

Les trier permettrait de produire un compost de qualité et une énergie renouvelable, alors interpellons nos élus pour réserver un autre avenir à nos biodéchets. Signez la pétition et diffusez-la.



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source et photos : Je veux mon bac bio

Lire aussi : Le mouvement de Pierre Rabhi veut transformer les territoires « en un immense potager »

18 octobre 2019
L’écologie populaire, c’est aussi dans les campagnes
Enquête
16 octobre 2019
La carte des luttes contre les grands projets inutiles
Enquête
19 octobre 2019
En Loire-Atlantique, l’opposition monte contre le bétonnage de terres par un « surf park »
Enquête