Au Japon, la chasse à la baleine ne paie plus

Durée de lecture : 2 minutes

15 mars 2012 / AFP

En raison de l’obstruction en mer des écologistes, la flotte baleinière japonaise est rentrée au port avec un tableau de chasse très inférieur à ses prévisions.


TOKYO - Le Japon a annoncé vendredi 9 mars la fin de sa campagne annuelle de pêche à la baleine dans l’Antarctique, avec un tiers seulement du nombre de cétacés qu’il comptait capturer, en raison des actes de sabotage des militants écologistes.

L’Agence des pêches nippone a indiqué que la flotte avait pris le chemin du retour comme prévu, mais a reconnu que les prises avaient été bien inférieures aux objectifs fixés.

Les baleiniers, partis du Japon en décembre, ont capturé 266 baleines de Minke et un rorqual, a précisé l’Agence, soit moins d’un tiers des quelque 900 cétacés qu’ils comptaient tuer pendant cette saison de pêche.

Les prises ont été inférieures à ce qui avait été prévu en raison des conditions climatiques et des actes de sabotage perpétrés par des militants, a-t-elle expliqué. Il y a eu incontestablement des campagnes de sabotage derrière ces chiffres.

Les militants de l’association de défense de l’environnement Sea Shepherd, basée aux Etats-Unis, ont poursuivi comme chaque année les baleiniers nippons à bord de leurs propres navires pour empêcher la capture des cétacés, en lançant des bombes puantes et en bloquant les hélices à l’aide de filins.

L’an dernier, le Japon avait été contraint d’interrompre prématurément sa campagne de pêche à cause du harcèlement des militants écologistes, après avoir capturé seulement 172 baleines, soit un cinquième de son objectif.

Officiellement, les activités de la flotte nippone dans l’Antarctique sont destinées à la recherche scientifique, une pratique tolérée par la Commission baleinière internationale qui interdit la chasse commerciale au cétacé depuis 1986.

Les autorités japonaises affirment que cette pêche fait partie intégrante de la culture nippone, sans cacher que la viande de baleine termine sur les étals.



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : Romandie.com

Photo : 7 sur 7

Lire aussi : La marée noire, un choc pour les mammifères marins

25 juillet 2019
Aux Rencontres de la photographie d’Arles, les murs séparent, la nature relie
À découvrir
9 juillet 2019
À Marseille, les quartiers nord ont aussi droit aux légumes bios
Reportage
14 septembre 2019
Véganes et paysans (presque) unis contre l’élevage industriel
Enquête