Au fait, 2012 est l’année internationale des coopératives

Durée de lecture : 1 minute

1er mars 2012 / Organisation des Nations unies


L’Organisation des Nations Unies l’Assemblée générale a adopté une résolution déclarant 2012 Année internationale des Nations Unies sur les coopératives le 18 décembre 2009.

La résolution de l’ONU intitulé « Les coopératives dans le développement social », reconnaît la diversité du mouvement coopératif dans le monde et exhorte les gouvernements à prendre des mesures visant à créer un environnement propice au développement des coopératives. Cliquez ici pour aller sur le site des Nations Unies IYC pour en savoir plus au sujet de la résolution de l’ONU et sur ​​les autres activités des Nations Unies IYC.

L’Année internationale des coopératives, ou IYC, célèbre une façon différente de faire des affaires, centrée sur les besoins humains et non sur la cupidité,et dans laquelle les coopérateurs possèdent et gèrent l’entreprise, pour s’en répartir collectivement les profits au lieu de les abandonner aux actionnaires.

Une Année internationale des coopératives permet d’attirer l’attention des gouvernements, de la communauté des affaires et, surtout, du grand public sur les avantages prévus du modèle coopératif.

Comme la voix mondiale des coopératives, la coopérative internationale Alliance cherche à tirer parti de l’Année internationale pour sensibiliser le public sur les coopératives à travers le monde.



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : ONU

Lire aussi : Sauver les banques, mais les transformer en coopératives

13 septembre 2019
Valdepiélagos, l’écovillage espagnol qui résiste à l’exode rural
Alternative
9 juillet 2019
À Marseille, les quartiers nord ont aussi droit aux légumes bios
Reportage
27 juillet 2019
Quand une coopérative ouvrière relance la culture locale du tilleul
Alternative




Du même auteur       Organisation des Nations unies