Autolib, une fausse bonne idée

Durée de lecture : 3 minutes

2 décembre 2011 / Les Amis de la Terre

Le 5 décembre, la mairie de Paris lance un service de voitures électriques en libre-service appelé Autolib. Des écologistes jugent que cette nouveauté « ne répond pas à la nécessaire remise en cause des déplacements en voiture au profit des transports en commun, du vélo et de la marche. »


Les Amis de la Terre Paris dénoncent une opération « Paris plus vert que vert » qui ne favorise pas les transports collectifs et doux et compromet la nécessaire transition énergétique. Alors que Vélib’ incitait les parisiens à changer leurs modes de déplacement, Autolib’ conforte l’usage du véhicule individuel.

En ville, la mobilité se conjugue en collectif et doit s’organiser autour des transports collectifs et circulations douces. Avec, le projet Autolib’, lancé le 5 décembre 2011, la Ville de Paris va mettre en circulation 3.000 voitures supplémentaires, dans une ville à l’espace public saturé par ce moyen de transport individuel omniprésent et étouffant qu’est la voiture.

Pour les Amis de la Terre Paris, les modes de déplacements en ville doivent être analysés et arbitrés en tenant compte de tous les impacts : climat, énergie, pollutions locales, dégradations environnementales, nuisances, cadre de vie et partage de l’espace public. Dans ce cadre, Autolib’ ne répond pas à la nécessaire remise en cause des déplacements en voiture au profit des transports en commun, du vélo et de la marche.

Alors que l’ensemble des scénarios conjuguant sortie du nucléaire et réduction des émissions des gaz à effet de serre associées à l’énergie font de la réduction de la consommation énergétique un passage incontournable, le projet Autolib’ ne participe pas à cette démarche. Au contraire, il encourage et participe au déploiement et à la montée en charge d’une filière industrielle de voitures électriques. Alors qu’il est indispensable de réserver l’électricité à ses usages spécifiques (éclairage, électroménager, télécommunications, transports en commun, etc.), la consommation électrique qui en résultera compromet la nécessaire transition énergétique et la fermeture de tous les réacteurs nucléaires vieillissants et dangereux.

De plus, l’exploitation minière à grande échelle du lithium nécessaire aux batteries qui en résultera, entrainera une surconsommation de ces ressources et une dégradation environnementale irréversible. Un aspect mis en avant par les Amis de la Terre, dans le cadre des prix Pinocchio, qui dénoncent les conséquences désastreuses de l’exploitation du lithium en Amérique du Sud.

Enfin, la mairie se trompe de priorité budgétaire. En effet, pour des usages individuels ponctuels, il existe déjà de nombreuses possibilités : associations d’auto-partage, taxis, loueurs de voitures. Pourquoi la ville vient elle rajouter une offre supplémentaire ? Ceci ne recouvre aucune mission d’intérêt général ou de service public.

Pour Claude Bascompte, président des Amis de la Terre Paris, « Au lieu d’investir dans ce service, la mairie de Paris devrait s’engager sur le déploiement des vraies alternatives à la voiture individuelle. Seuls la mise en place de transports collectifs performants et l’aménagement de voiries facilitant l’utilisation des modes de déplacements doux, permettront de réduire la circulation automobile et lutter contre la pollution atmosphérique. »



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : Les Amis de la Terre

Photo : E V World

Complément d’info : Le site officiel d’Autolib

Lire aussi : L’auto électrique est un mythe écologique

18 septembre 2019
Naomi Klein : « Nous entrons dans l’ère de la barbarie climatique »
Entretien
27 août 2019
Au Camp Climat, plus de militants et plus déterminés
Reportage
19 septembre 2019
Climat : la France ne tient pas ses objectifs
Info




Du même auteur       Les Amis de la Terre