Avignon hésite à passer au transport gratuit

Durée de lecture : 5 minutes

25 octobre 2013 / Clément Chassot (Le Ravi)

A Avignon, face au projet de tramway de la droite déjà sur les rails, la candidate socialiste aux municipales mise, comme le Front de gauche, sur la gratuité des transports. Un projet qui nécessite l’accord de l’agglomération…


« Les transports gratuits ? Ah oui, ce serait une très bonne chose mais comment ils vont payer les employés, les bus, tout ça… ? », s’interroge Elodie, jeune apprentie fleuriste de vingt ans qui paie régulièrement 1,30 euros pour se rendre au travail. Démagogue, la mesure phare de la candidate socialiste à la mairie d’Avignon, Cécile Helle ? Ce dispositif a en tout cas été testé avec succès par l’agglomération du Pays d’Aubagne depuis 2009 et c’est sur ce modèle que s’appuient les promoteurs de la gratuité dans la cité des Papes.

Pour eux, la gratuité n’a que du bon : hausse du pouvoir d’achat, meilleure mobilité pour aller travailler ou recréer du lien social, moins de pollution et de congestion automobile… Mais surtout, elle boosterait l’utilisation des transports en commun : à peine 5 % des 180 000 habitants du Grand Avignon les utilisent. A Aubagne, la gratuité aurait permis d’augmenter la fréquentation de 150 % en trois ans.

« Cela ne peut être mis en place partout, concède l’un des deux porte-paroles avignonnais d’Europe Ecologie – les Verts et proche de la candidate socialiste, Jean-Pierre Cervantès. Mais c’est possible dans une ville comme Avignon où la billetterie ne représente que 16 % du budget global, ce qui correspond à environ 4,5 millions d’euros. On prévoit même une économie d’1,5 millions d’euros en supprimant les coûts liés à la billetterie. »

Le tram ou la gratuité ?

De fait, les transports seront au centre de la campagne municipale. Le projet de tramway à 250 millions d’euros lancé par le maire sortant Marie-Josée Roig en guise d’héritage en témoigne. Cécile Helle rêverait de pouvoir le court-circuiter, préférant la mise en place de bus à haut niveau de service, moins coûteux mais plus efficaces selon elle.

La région Paca, dont elle est vice-présidente chargée de la culture, a même tout récemment annoncé qu’elle n’engagerait finalement pas les quinze millions d’euros initialement prévus dans le financement du projet. Mais la droite, qui y voit un coup bas électoral, va tout faire pour que les travaux deviennent irréversibles, en sachant qu’ils doivent commencer avant la fin de l’année pour pouvoir percevoir les subsides de l’Etat.

Jean Guerrero, délégué syndicaliste CGT à la TCRA (Transports publics du Grand Avignon) est plus circonspect sur la mise en place de cette gratuité. « Pour que cela marche, il est nécessaire d’avoir en amont un réseau performant avec des fréquences de lignes et des amplitudes horaires acceptables, estime-t-il. Même si des efforts ont été faits, les bus ont toujours du retard et ne desservent pas toujours les grosses zones de densité. »

Pour Cécile Helle, pas de problème : « Le versement transport (taxe payée par les entreprises de plus de neuf salariés pour financer les transports publics, Ndlr) rapporte environ 25 millions d’euros par an. Si on enlève le coût de la gratuité, cela nous laisse une marge de manœuvre importante pour rénover et entretenir le réseau. » Et si le tram se fait, la ville, où l’endettement plus fort que la moyenne représente plus de deux mille euros par habitants, pourra-t-elle courir tous les lièvres ?

Campagne intercommunale

Autre écueil, les transports relèvent d’une compétence intercommunale. Avec le nouveau mode de représentation des intercommunalités mis en place l’année prochaine, même si la gauche l’emportait à Avignon, la communauté d’agglomération, étant donné la sociologie du territoire, pourrait être tenue par la droite. Même si cette dernière n’a pas rejeté en bloc la gratuité, elle reste circonspecte.

A l’image de Bernard Chaussegros, investi par l’UMP (mais qui doit composer avec une candidature dissidente) : « C’est un sujet difficile. Le citoyen que je suis est soucieux d’offrir du bien-être aux Avignonnais. Mais le financement est compliqué, je ne suis pas au fait de tous les éléments mais il faudra étudier cela de près. »

Jean-Marc Roubaud, maire de Villeneuve lez Avignon (Gard), l’un des poids lourds de la Coga (Communauté d’agglomération du Grand Avignon), est plus sévère : « On veut raser gratis ! En période de crise, je ne crois pas qu’il soit raisonnable d’instituer une gratuité. » Le sujet promet donc des débats houleux au sein de l’intercommunalité où l’avis des élus sans étiquette de petites communes sera primordial.

« Je ne fais pas de politique fiction, balaie Cécile Helle. Avec mes collègues socialistes, nous menons une campagne à l’échelle intercommunale, cela c’est nouveau. Et j’ai confiance dans le fait de remporter la Coga. Cette mesure, comme la remunicipalisation des cantines, est forte, elle démontre qu’on peut mener une vraie politique de gauche au niveau local, solidaire et redistributive. »

Quoi qu’il en soit, la gratuité des transports comme étendard est une belle stratégie politique pour le PS (1). Elle permet de faire du pied aux écologistes, pas toujours en phase sur l’aménagement du territoire, et de court-circuiter le Front de gauche d’André Castelli, qui se lance en autonomie dans la bataille municipale. « Il ne faut pas se méprendre, la gratuité des transports comme la remunicipalisation des cantines, nous la portons depuis bien longtemps », tient-t-il à préciser. « Pas de course à l’échalote », tempère Cécile Helle. La bataille des deux gauches ne fait que commencer.


Note

(1) Edouard Baldo, le candidat triomphalement désigné par la primaire socialiste d’Aix-en-Provence (Bouches-du-Rhône), a fait de « la gratuité sur le réseau de bus communal » la 1re mesure pour favoriser une « ville apaisée, accueillante et agréable à vivre ».



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source et dessin : Courriel à Reporterre du Ravi. Transmis du papier par nos amis du Ravi.

Lire aussi : Voyageurs sans ticket. Liberté, égalité, gratuité

27 août 2019
Au Camp Climat, plus de militants et plus déterminés
Reportage
17 septembre 2019
Huit trucs pour se passer de téléphone portable
Tribune
16 septembre 2019
Le capitalisme nous conduit au désastre
Tribune




Du même auteur       Clément Chassot (Le Ravi)