Blocage du train de déchets nucléaires : une répression démesurée

Durée de lecture : 3 minutes

8 novembre 2010 / Ganva (Groupe d’actions non violentes antinucléaires)

« Les forces de l’ordre ont blessé volontairement 3 personnes en coupant les tubes »


Après avoir stoppé le train nucléaire, faisons dérailler la machine
répressive !

Le train de déchets nucléaires à destination de Gorleben en Allemagne est
encore bloqué grâce à une mobilisation internationale toujours plus
massive et déterminée. Les militants du GANVA (Groupe d’Actions
Non-Violentes Antinucléaires) s’en réjouissent même s’ils affrontent pour
leur part une répression disproportionnée :

Six militants ont été maintenus en garde à vue pendant 24h et font
l’objet d’un contrôle judiciaire supposant le règlement d’une caution de
15000€ à payer avant le 15 Novembre. A défaut elles se retrouveraient
incarcérées jusqu’au procès, le 8 décembre à 14h. On peut constater que la
volonté du gouvernement de réprimer sévèrement les militants
anti-nucléaires a été exécutée à la lettre par le procureur de la
république de Caen.

Trois militants ont été blessés, deux ayant des brûlures graves aux mains
qui ont nécessité une prise en charge par les services hospitalliers. Le
troisième a été aussi grièvement touchée, il a du subir une intervention
chirurgicale sur deux tendons sectionnés à la main gauche. A sa sortie de
l’hôpital, il a été directement conduit en garde à vue sous escorte
policière.

La volonté du gouvernement et du lobby nucléaire de faire passer ce convoi
coute que coute aurait elle conditionnée l’expression d’une telle
brutalité de la part des forces de police ? Était-ce cela qu’elles avaient
à cacher derrière les bâches tendues autour de la désincarcération ?

Le 8 Décembre, les inculpés seront jugés au tribunal de grande instance de
Caen, soyons nombreux pour venir les soutenir et affirmer notre opposition
au nucléaire et à la répression qui l’entoure !

Unser Widerstand kennt keine Staatsgrenzen

...........................................

Communiqué du 6 novembre - L’action qui a eu lieu vendredi 5 novembre à Caen a occasionné l’arrêt du convoi pendant 3h30. Le dispositif utilisé pour provoquer l’arrêt du train a permis l’installation du blocage en toute sécurité. De ce point de vue, cette action est une réussite.

La philosophie de l’action, comme toutes les autres, était de ne pas avoir à se confronter physiquement avec les forces de l’ordre. Le blocage effectif du train reposait sur des entraves matérielles (tubes métalliques passés sous les rails) sur lesquelles les 5 militants étaient cadenassés.

Il était de la responsabilité des gendarmes et policiers de les « désincarcérer » en toute sécurité.

Or les forces de l’ordre ont blessé volontairement 3 personnes en coupant les tubes. L’une d’elles a eu 2 tendons de la main sectionnés et a du subir une opération. Elle se trouve toujours à l’hôpital. Les 2 autres soignées pour brûlures sont sorties hier soir et ont été placées directement en garde à vue.

Il est inadmissible que dans le cadre d’une action non-violente les forces de l’ordre utilisent la violence et occasionnent volontairement des blessures à des militants. C’est pour cette raison que nous allons porter plainte.



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : http://bellaciao.org/fr/spip.php?ar...

Source du communiqué du 6 novembre : http://www.millebabords.org/spip.ph...

Contact : http://ganva.blogspot.com

Lire aussi : Comment luttter contre le nucléaire dans un Etat de plus en plus policier ? http://www.reporterre.net/spip.php?...

2 avril 2020
Désinfecter les villes ? Destructeur pour les milieux aquatiques
Info
1er avril 2020
Nous ne sommes pas en guerre
Tribune
2 avril 2020
Au nom du coronavirus, l’État libéralise l’installation des antennes-relais
Info