Bolivie : la police intervient contre les indigènes

Durée de lecture : 2 minutes

26 septembre 2011 / AFP

La police a dispersé dimanche 25 septembre un millier d’indigènes en marche vers La Paz. Ils protestent contre un projet de route à travers un parc naturel en forêt amazonienne.


YUCUMO (Bolivie) - La police bolivienne a dispersé dimanche 25 septembre par la force un millier d’Indiens amazoniens, qui réalisaient depuis un mois une marche de protestation vers La Paz, une intervention qui a fait quelques blessés, a constaté l’AFP à Yucumo, dans le nord-est de la Bolivie.

La police, intervenue en fin d’après-midi, a fait usage de gaz lacrymogènes pour disperser les marcheurs qui campaient aux abords du village de Yucumo, où existait un risque d’affrontement avec des contre-manifestants, partisans du gouvernement, qui avaient érigé un barrage pour bloquer la marche.

La police est aussi intervenue pour lever ce barrage routier, situé à quelques centaines de mètres des marcheurs.

Un bilan de l’intervention contre les marcheurs n’était pas disponible dans un premier temps, mais des médias locaux ont évoqué plusieurs blessés légers.

L’AFP a vu quelques indigènes, souffrant de blessures apparemment superficielles au visage, embarqués par la police à bord d’autocars qui devaient les conduire à San Borja, à 55 km.

Selon des médias boliviens, plusieurs dirigeants des marcheurs ont été arrêtés lors de l’intervention.

Les marcheurs indiens amazoniens étaient partis mi-août de Trinidad, dans le nord du pays, pour une marche de 600 km vers la capitale La Paz. Ils protestent contre un projet de route à travers un parc naturel, le Tipnis, qui est la terre ancestrale de 50.000 indiens de trois ethnies amazoniennes.

Ils étaient parvenus samedi à Yucumo, à mi-chemin environ de leur périple, au terme d’une journée de tensions qui les a vus forcer un barrage de police, et retenir pendant plusieurs heures le ministre des Affaires étrangères, venu en médiateur, le forçant à cheminer avec eux pendant sept km.

Dans une tentative de désamorcer le face-à-face tendu à Yucumo, le président socialiste Evo Morales avait transmis dimanche une invitation aux marcheurs, pour que leurs représentants soient acheminés dans la soirée à La Paz pour une réunion avec lui à la présidence.

Mais le chef de l’Etat, qui affirme que la route à travers le Tipnis n’est rejetée que par une minorité, a aussi annoncé un référendum dans les provinces de Beni et Cochabamba, que doit relier l’axe routier, pour qu’ils disent oui ou non au projet.

Au-delà de la controverse elle-même, la marche devenait un embarras croissant pour le gouvernement, d’une part par le risque d’affrontements, d’autre part car elle commençait à cristalliser le soutien d’opposants divers ou d’anciens alliés critiques du gouvernement.

La principale centrale syndicale de Bolivie, la COB, a ainsi appelé vendredi à une grève générale mercredi en soutien des marcheurs.



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : http://www.romandie.com/news/n/_Bol...

Lire aussi : La Chine et les Latinos

27 août 2019
Au Camp Climat, plus de militants et plus déterminés
Reportage
18 septembre 2019
Naomi Klein : « Nous entrons dans l’ère de la barbarie climatique »
Entretien
18 septembre 2019
Climat : de la prise de conscience à la conscience politique
Édito