Brésil : les Indiens luttent pour leurs terres sur le barrage de Belo Monte

Durée de lecture : 1 minute

8 mai 2013 / RFI

Au Brésil, le chantier du barrage de Belo Monte en Amazonie est toujours paralysé par des Indiens en colère. Ils occupent le site du troisième plus grand barrage au monde qui inondera leurs terres.


- Envoyé spécial à Altamira, en Amazonie, François Cardona

Sur place, la tension est extrême, car les Indiens craignent d’être attaqués violemment par les forces de l’ordre. Tous les journalistes ont été expulsés dont le correspondant de RFI au Brésil. Plus personne ne peut les rejoindre sous peine d’emprisonnement.

Depuis le 2 mai, Valdenir, le leader du mouvement, et ses guerriers Mururuku, occupent ce gigantesque chantier sur le rio Xingu, dans l’État du Pará. Ils sont plus de 150 Indiens, des hommes armés d’arcs et de flèches, accompagnés de leurs femmes et de leurs enfants, installés dans les locaux administratifs du barrage.

Ils sont déterminés et refusent de quitter le chantier mais craignent tout de même que les autorités ne donnent l’assaut sur leur camp. « Ils peuvent tout à fait tenter de manipuler l’opinion en nous attaquant et dire ensuite que ce sont les Indiens qui les ont attaqués en premier. Et se présenter comme des victimes. C’est notre grande crainte », affirme Valdenir. En effet, des dizaines de soldats lourdement armés sont prêts à intervenir.

Les Indiens exigent l’ouverture de négociations avec le gouvernement brésilien car d’ici deux ans, leurs terres seront inondées par le barrage, soit 500km2, et plus de 16 000 personnes expulsées. Mais, Valdenir assure que les Indiens ne reculeront pas : « Nous n’avons pas besoin d’avoir peur, car nous luttons pour nos droits. Nous sommes des guerriers. Nous savons que nous devons être prêts à combattre. Et à mourir s’il le faut ».



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source et photo : RFI

Lire aussi : Le Brésil dévaste l’Amazonie au nom de l’économie