Climat : où en est-on ? Hervé Le Treut, Hervé Kempf et Noël Mamère (Bordeaux)

9 décembre 2016



Hervé Le Treut, Hervé Kempf, Noël Mamère

à La Machine à Musique

15 Rue Parlement Sainte-Catherine, 33000 Bordeaux

Vendredi 9 Décembre 2016 à 20 h

COP 21, an an après : qu’en reste-t-il ?

Le Musée de la Création Franche, à Bègles, présente une nouvelle exposition intitulée CO2, mon désamour qui aborde les questions environnementales liées à l’aménagement du territoire comme la mobilité, l’énergie, l’habitat, les milieux naturels. Les créations sélectionnées illustrent comment la cinquantaine d’auteurs présentés se font les témoins, volontairement ou inconsciemment, des bouleversements d’une époque (surconsommation de l’espace, pollution, urbanisation massive..).

Dans le cadre de cette exposition, une rencontre est organisée à La Machine à Musique Lignerolles avec Hervé Kempf, Hervé Le Treut et Noël Mamère. Elle sera animée par Bruno Béziat.

-* Hervé Kempf est le rédacteur en chef du quotidien de l’écologie Reporterre. Il est aussi l’auteur de plusieurs essais marquants sur l’écologie, Comment les riches détruisent la planète et L’oligarchie ça suffit, vive la démocratie, publiés aux éditions du Seuil.

  • Hervé Le Treut est climatologue, membre de l’Académie des sciences, directeur de recherches au CNRS et directeur de l’Institut Pierre Simon Laplace (IPSL) où il s’occupe du laboratoire de météorologie dynamique et membre du GIEC. Il préside AcclimaTerra, le Comité Scientifique Régional sur le Changement Climatique en Nouvelle Aquitaine.
  • Noël Mamère est député-maire de Bègles.

L’exposition est visible au Musée de la Création Franche du 2 décembre 2016 au 22 janvier 2017.

  • Musée de la Création Franche
    58, avenue du Maréchal de Lattre de Tassigny
    33130 Bègles



Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre.
26 mai 2017
VIDÉO - Les électrohypersensibles préparent une action en justice contre Linky
Reportage
26 mai 2017
La professionnalisation de la politique dégrade la démocratie
Tribune
24 mai 2017
Le marché bio s’envole, les paysans bio craignent de perdre leur âme
Enquête


Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre