Concertation sur le devenir de la Petite Ceinture

Durée de lecture : 1 minute

28 janvier 2013 / Mairie du 20e

Concertation sur la Petite Ceinture de Paris

lundi 28 janvier à Paris


Concertation sur la Petite Ceinture de Paris

lundi 28 janvier 2013 de 19h à 21h30

Ancienne ligne de chemin de fer à double voie de 32 kilomètres de longueur construite il ya 150 ans, la Petite Ceinture de Paris, propriété du Réseau ferré de France (RFF), faisait le tour de Paris à l’intérieur des boulevards des Maréchaux.

Désertée par les Parisiens en raison de la concurrence croissante du métropolitain, la ligne est a été fermée (exceptée la ligne d’Auteuil, restée ouverte jusqu’en 1985) pour l’essentiel au trafic de voyageurs en 1934 et au transport de marchandises en 1993.

Aujourd’hui, elle constitue un lieu exceptionnel de par ses paysages inédits, ses qualités écologiques, la respiration qu’elle apporte au coeur d’une des villes les plus denses au monde, mais aussi par l’espace de liberté qu’elle représente en matière d’usages (territoire de graffiti, ateliers d’artistes, jardins partagés...) et d’innovation urbaine.

Après des années de « somnolence », la question d’un aménagement des 50 hectares de la Petite Ceinture se pose !

C’est pourquoi, nous vous proposons d’en débattre à travers des ateliers thématiques dans le cadre du Plan local d’urbanisme le :

lundi 28 janvier 2013 de 19h à 21h30

Gymnase- 25 rue Bidassoa, Paris 20e

En présence :

- de Frédérique Calandra, Maire du 20e arrondissement

- de Julien Bargeton, adjoint au Maire de Paris, chargé des déplacements, des transports et de l’espace public

- de Fabienne Giboudeaux, adjointe au Maire de Paris, chargée des espaces verts et de la biodiversité

- des élus du 20e

- de l’Atelier parisien d’urbanisme (APUR)

- du Réseau Ferré de France (RFF)

Venez nombreux échanger sur le devenir de la Petite Ceinture !

Site participatif sur le devenir de la Petite Ceinture



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source et photo : Courriel à Reporterre de la Mairie du 20e

Lire aussi : Paris se rêve en ville verte

16 septembre 2019
Le capitalisme nous conduit au désastre
Tribune
14 septembre 2019
VIDÉO - La chasse des animaux prisonniers, une pratique cruelle et sadique
Tribune
27 juillet 2019
Quand une coopérative ouvrière relance la culture locale du tilleul
Alternative