Contre l’obsolescence informatique, vivent les logiciels libres !

Durée de lecture : 3 minutes

23 octobre 2014 / Camille Lecomte (Les Amis de la Terre)

En avril dernier, Microsoft a mis fin au support Windows XP, entraînant la fin prématurée de 500 millions d’ordinateurs qui en étaient équipés à travers le monde. Windows pense-t-il par cette décision nous imposer ses nouvelles machines ? C’est sans compter sur les logiciels libres !


Spot TV, alerte au démarrage du PC, pages web dédiées, Microsoft n’a pas lésiné sur la communication pour inciter à passer à la technologie supérieure, jouant sur la peur des virus et vantant les mérites des nouveaux PC.

Une « invitation » qui implique de mettre au rebut les ordinateurs équipés XP et trop « faibles » pour son nouveau système d’exploitation… et qui pourrait rapporter 32 milliards de dollars à l’industrie informatique. Quid de l’impact social et environnemental de cette décision ? Microsoft est resté silencieux à ce sujet malgré l’interpellation publique des Amis de la Terre.

Car le secteur des nouvelles technologies est loin d’être vert. Un ordinateur contient du plomb et du mercure, des substances qui présentent un risque sanitaire si elles ne sont pas dépolluées correctement. Le recyclage des déchets électriques et électroniques est encore loin d’être performant : pour produire de nouveaux PC, de nouvelles ressources doivent toujours être prélevées.

Apprivoiser les logiciels libres

Pour réduire l’impact écologique de nos appareils, donnons la priorité à l’allongement de leur durée de vie. Oui, les géants de l’informatique usent de toutes les stratégies pour accélérer le rythme de renouvellement des produits. Non, tous les consommateurs ne veulent pas suivre ce rythme effréné.

Ainsi, malgré la commercialisation de trois nouveaux systèmes d’exploitation, 30 % des utilisateurs de Windows ont continué à utiliser XP. Système privé, verrouillé et fermé, l’abandon de sa mise à jour ouvre maintenant la fenêtre (J) aux alternatives populaires, collaboratives, libres.

Car il est possible d’abandonner Windows, sans abandonner son matériel, en passant aux logiciels libres.

Pourquoi passer au libre ? Les logiciels libres sont souvent totalement gratuits, très fiables, beaucoup plus ergonomiques, sans virus, et permettent de prolonger très longtemps la durée de vie des appareils électroniques tout en étant plus économes en énergie. C’est par exemple le cas du système d’exploitation Linux/Ubuntu, dont certaines versions sont spécifiquement conçues pour être installées sur des ordinateurs anciens.

Au quotidien, nous utilisons d’ailleurs de plus en plus d’applications développées par le monde du logiciel libre : Mozilla Firefox pour naviguer sur le web, l’encyclopédie Wikipédia, ou encore Thunderbird pour la messagerie, VLC pour visionner des films, SPIP pour le site web des Amis de la Terre.

Le libre repose sur quatre libertés fondamentales : la liberté d’utiliser, de copier, d’étudier le logiciel, ainsi que de modifier et redistribuer les versions modifiées.
L’univers du libre est à découvrir, en privilégiant les applications ou en installant une distribution libre sur votre ordinateur.

Des associations comme April, Coagul ou Emmubuntus proposent bénévolement de vous accompagner dans cette démarche. N’hésitez pas à vous informer, à rencontrer un groupe de bénévoles près de chez vous ou de votre groupe local Amis de la Terre.


Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source et image : Les Amis de la Terre

Lire aussi : Microsoft envoie 500 millions d’ordinateurs à la poubelle

21 novembre 2019
Il faut décoloniser l’écologie
20 novembre 2019
Dans sa ferme, Anita prend soin des chèvres... et des humains
20 novembre 2019
« Face au catastrophisme, c’est à partir du local qu’on aura du positif »




Du même auteur       Camille Lecomte (Les Amis de la Terre)