Contre le gaspillage alimentaire, 3 000 kilomètres à vélo sans acheter à manger

Durée de lecture : 2 minutes

23 avril 2014 / Côme Bastin (We Demain)

Pour sensibiliser au problème du gâchis de nourriture, Baptiste Dublanchet a décidé de traverser l’Europe à vélo en se nourrissant uniquement de restes.


Trois mois de sport et trois mille kilomètres sans acheter à manger. Non, il ne s’agit pas d’un nouveau régime. A travers ce périple, Baptiste Dublanchet veut sensibiliser au problème du gaspillage alimentaire. Le jeune homme est parti lundi 14 avril de la Place de la Bastille, à Paris. Il pédalera jusqu’à Bruxelles, puis Amsterdam, Prague, Berlin et Varsovie, en se nourrissant uniquement de fruits et légumes destinés à finir à la poubelle.

Baptiste Dublanchet est un habitué des voyages. Il a déjà séjourné plusieurs mois en Colombie, en Chine ou à Tahiti. C’est là qu’il développe une sensibilité au gaspillage. « Je bossais dans un hôtel 5 étoiles et je côtoyais le gâchis : les buffets de luxe, à 65 € le petit-déjeuner, partaient chaque jour à la poubelle », raconte l’homme, qui a également été employé dans un fast-food bien connu.

« J’ai cru un moment devoir faire les poubelles ! »

Avant de s’élancer sur les routes d’Europe, Baptiste, qui n’est pas polyglotte, s’est fait imprimer T-shirts, panneaux et cartes de visites avec logos anti-gaspi. Il espère que sa démarche sera comprise dans tous les pays ou il passera et compte sur les restaurants et les fins de marchés pour se nourrir.

« À Paris, j’ai essuyé de nombreux refus. J’ai même cru un moment devoir faire les poubelles ! Mais j’ai finalement réussi à collecter une dizaine de kilos de fruits et légumes. » L’homme s’est également entrainé à jeûner plusieurs jours en cas de pépin. « Rassurez vous, si ca ne marche pas, je ne me laisserai pas mourir de faim ! »

En Europe, 2014 a été décrétée année de lutte contre le gaspillage alimentaire. Baptiste a déjà rencontré des lycéens pour les sensibiliser. Il compte sur les médias pour relayer son projet, dont on pourra aussi suivre l’avancée sur son blog, La faim du monde :

« Nous jetons 1,3 milliards de tonnes de nourriture chaque année. Il faut faire changer les mentalités : on est habitués à voir des rayons remplis à ras bord et on n’a pas conscience du caractère limité des ressources de notre planète. » L’Union Européenne a adopté début 2012 une résolution pour réduire de moitié le gaspillage alimentaire d’ici 2025.


Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source et photo : We demain

Lire aussi : J’ai sauvé 80 kilos de fruits et légumes dans une Disco Soupe

14 novembre 2019
Le mystère de la mort d’abeilles près d’un champ expérimental de Bayer-Monsanto
15 novembre 2019
Porté par son succès, le vin naturel affirme sa dissidence
15 novembre 2019
« Le maintien de l’ordre vise à terroriser et décourager en infligeant des blessures graves »




Du même auteur       Côme Bastin (We Demain)