Création de l’Observatoire international du bonheur

Durée de lecture : 3 minutes

30 décembre 2010 / EFACS

« Le Conseil d’administration de l’EFACS a retenu le thème du bonheur, sujet d’actualité. »


Présentation

L’EFACS (Ecole de Formation des Avocats Centre Sud) est une école créée par la loi du 31 décembre 1971 (l’article 13 et 13-1) et déclarée d’utilité publique. L’école a en charge la formation initiale, aussi bien que la formation continue, des avocats.

Historique

En mai 2009, lors de discussions informelles au Conseil national des barreaux il a été suggéré que les Ecoles des Avocats mettent en œuvre un laboratoire d’excellence, afin de compléter son positionnement en Grande Ecole et de participer à la stratégie internationale de recherche et d’innovation.

L’EFACS s’est proposé de lancer le premier projet « pilote ». Le projet choisi se devait d’être international, pluridisciplinaire et innovant.

Lors de sa réunion du 13 juin 2009, le Conseil d’administration de l’EFACS a retenu le thème du bonheur, sujet d’actualité.

Contexte

L’idée de mener une étude sur le bonheur est issue du constat que les sociétés occidentales commencent à intégrer la notion de bonheur à leurs processus décisionnaire.

En effet, le monde de l’économie, et dans son sillon celui de la politique, s’intéresse à la notion de bonheur, impactant de manière innovante les sciences humaines et sociales.

Une étude spéciale sur les indicateurs de performance économique et de progrès social, confiée par le gouvernement français à une commission internationale présidée par le Professeur Joseph E. Stiglitz, ouvre de nouvelles pistes de réflexion.

La crise économique internationale souligne l’urgence d’encourager les interactions des sciences humaines et sociales entre elles et avec les autres sciences.

Un tel changement de stratégie sociopolitique exige une compréhension profonde de nombreux domaines de connaissance et leurs implications légales doivent être mises en exergue.

Le Ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche français, dans son rapport sur la stratégie nationale de recherche et d’innovation, définit comme « axe prioritaire numéro 1 : la santé, le bien-être, l’alimentation et les biotechnologies ». Il relève que « si les avancées scientifiques répondent souvent aux demandes de la société, elles soulèvent des questionnements d’ordre juridique, éthique, anthropologique et philosophique ».

Objectif

Placer les valeurs fondamentales d’humanité, qui fondent le socle du droit, au centre de la réflexion sur le bonheur.

L’Observatoire international du bonheur a vocation à devenir un institut de recherche au sein duquel travailleront en synergie, chercheurs, enseignants, étudiants et citoyens.

L’OIB a pour objectif de mettre en œuvre des projets de recherche innovants, ayant une dimension nationale, communautaire et internationale.

Parrainage

Le soutien moral de personnes hautement respectées sera sollicité pour aider à l’épanouissement de notre projet.

En raison de l’intérêt de longue date que le Royaume du Bhoutan porte au bonheur, Etat qui a été le premier pays à l’utiliser comme indicateur socio-économique, l’EFACS a estimé que le parrainage du Roi de Bhoutan, en tant que premier membre d’honneur, serait le plus auspicieux et lui a adressé une requête en ce sens.



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : http://www.oib-france.com/

Lire aussi : Rationnés et heureux

19 octobre 2019
Radio Bambou : et si on mangeait des fruits et légumes de saison ?
Chronique
21 octobre 2019
Le mouvement pour le climat Alternatiba veut peser sur les municipales
Reportage
21 octobre 2019
Extinction Rebellion, peu politique ? « Nous avons occupé le centre de Paris pendant cinq jours ! »
Tribune