Défendre la « cause animale »... au profit des grands industriels

Durée de lecture : 1 minute

10 septembre 2019 / Jocelyne Porcher

Dans « Cause animale, cause du capital », Jocelyne Porcher questionne la soudaine prise de conscience de la violence industrielle contre les animaux : la "cause animale" serait-elle au service des milliardaires ?

  • Présentation du livre par son éditeur :

L’ouvrage met en évidence la collusion d’intérêts historiques et actuels entre la science, l’industrie et la « cause animale » laquelle renvoie de ce fait à tout autre chose qu’à la cause des animaux.

Pour le bien des animaux, celui de la planète et pour préserver notre santé, il faudrait de toute urgence renoncer à l’alimentation carnée voire à tous les produits animaux et, en clôturant dix mille ans de vie commune avec les vaches et les brebis, librement consentir à une agriculture sans élevage. Après des décennies de silence médiatique et politique sur la violence industrielle contre les animaux, pourquoi cette soudaine prise de conscience ?

C’est en reprenant le fil de l’industrialisation de l’élevage depuis le XIXe siècle et ses liens historiques avec la « cause animale » que l’on peut comprendre la situation actuelle et le développement des start-up de la « viande propre », amie des animaux et des milliardaires. La science et l’industrie, aujourd’hui comme hier, concoctent pour nous « un monde meilleur ». Sommes-nous bien sûrs qu’il correspond à nos désirs ?

  • Jocelyne Porcher, avant d’être chercheure à l’INRA, a été secrétaire, éleveuse de brebis, salariée en porcheries industrielles, technicienne en agriculture biologique. Elle intervient dans de nombreux médias nationaux. Elle habite Montpellier.

20 septembre 2019
Philippe Martinez : « Avec les écologistes, on se parle ; ce n’était pas le cas avant »
Entretien
20 septembre 2019
Les simulations françaises décrivent un avenir catastrophique
Info
21 septembre 2019
Le mouvement pour le climat mise gros sur la désobéissance civile
Enquête




Du même auteur       Jocelyne Porcher