Depuis 1986, la part du revenu global prise par les plus riches a nettement augmenté

Durée de lecture : 1 minute

22 octobre 2013 / Observatoire des inégalités

La part des revenus captée par les 1 % les plus riches avait nettement baissé pendant les Trente Glorieuses (1945-75). Depuis, le phénomène s’inverse.


Les années 1930 et 1940 ont été marquées par une nette diminution de la part du revenu global que recevait les 1 % les plus riches de la population. La crise des années 1930, puis la guerre, étaient passées par là : elles avaient nettement réduit les niveaux des revenus du patrimoine. Par la suite, le développement de la protection sociale a amélioré la condition des catégories défavorisées. Ainsi la part des revenus perçue par le centième de la population le plus riche est passée de 15,4 % en 1935 à 8,9 % en 1950 en France, de 15,6 % à 11,4 % aux États-Unis, de 18,7 à 7,7 % au Japon.

La part des revenus concentrée dans les mains des 1 % des plus riches s’est plutôt stabilisée ensuite, dans les années 1950 et 1960, entre 7,6 % (Suède) et 11,6 % (Allemagne). Mais dès les années 1970, elle se remet à progresser dans les pays anglo-saxons (Etats-Unis, Royaume-Uni), où elle retrouve les niveaux d’avant-guerre. La remontée est moins forte et plus récente (années 1980 et 1990) dans les autres pays riches, mais elle est de plus en plus nette.

L’effondrement du cours des actions et la baisse des dividendes versés à partir de 2008, a fait fléchir légèrement la part du 1 % le plus riche.


Pour aller plus loin :

• Base de données : The World Top Incomes Database - Facundo Alvaredo, Tony Atkinson, Thomas Piketty et Emmanuel Saez.

• Les données de l’OCDE sur 13 pays dans le rapport de Jean-Pierre Cotis sur le partage de la valeur ajoutée, le partage des profits et les écarts de rémunération en France.



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source et image : Observatoire des inégalités

Lire aussi : « Il faut un impôt mondial sur le capital »

15 octobre 2019
Dans l’Indre, il pleut mais la sécheresse demeure
Reportage
15 octobre 2019
L’étrange victoire d’Extinction Rebellion
Édito
16 octobre 2019
La carte des luttes contre les grands projets inutiles
Enquête




Du même auteur       Observatoire des inégalités