Dès 1978, Françoise d’Eaubonne pensait l’écoféminisme

Durée de lecture : 1 minute

14 février 2018



  • Présentation du livre par son éditeur :

L’écoféminisme est une philosophie, une éthique et un mouvement né de la conjonction des deux « surgissements du monde moderne » que sont l’écologie et le féminisme. Ce nouveau concept opère la synthèse entre l’idée d’une double exploitation : celle de la nature par l’homme et celle de la femme par l’homme.

Dans cet ouvrage initialement paru en 1978, mais d’une actualité brûlante, l’auteure remet radicalement en question la notion de croissance, économique et démographique, dénonçant le capitalisme comme stade ultime du patriarcat.
La surpopulation et l’épuisement des ressources illustrent l’« illimitisme » caractéristique de ce qu’elle nomme le « système mâle », et elle est l’une des premières à affirmer qu’il faut préserver ce qui reste encore de l’environnement, sous peine de mort. Dans ce combat universel, les femmes, fortes de leur longue expérience d’exploitation, ont un rôle déterminant à jouer.






Lire aussi : Emilie Hache : « Pour les écoféministes, destruction de la nature et oppression des femmes sont liées »
20 janvier 2021
Culture du café : la technologie contre les paysans
Tribune
17 février 2021
Nouvelle-Calédonie : en mer de Corail, une biodiversité mal protégée
Info
7 janvier 2021
Dans les Alpes, des professionnels renouent avec le savoir-faire de l’écoconstruction
Alternative