Des Bretons refusent le gaspillage énergétique

Durée de lecture : 2 minutes

25 mars 2011 / Gaspare

Trois fois plus de projets de centrales au gaz en Bretagne que dans le programme voté au Parlement.


La semaine passée, un collectif regroupant des associations de l’Est, du Nord et de Bretagne, opposées à la construction de centrales électriques à gaz, a été reçu au ministère de l’écologie. Face à la profusion de ces projets, trois fois plus nombreux que ceux prévus au programme voté par le Parlement, un moratoire a été demandé sur le développement de ces centrales. La trentaine de projets en cours fait peser des risques majeurs sur la sécurité de l’approvisionnement en gaz, comme l’a mis en évidence GRT Gaz (gestionnaire du réseau de transport de gaz). Au surplus, les énormes surcoûts induits aggraveraient la précarité énergétique des foyers, cependant qu’on tournerait le dos à la lutte contre les dérèglements climatiques.

Le collectif finistérien GASPARE et le CURC22, après avoir remis une vidéo témoignant de la mobilisation grandissante de ces derniers mois, ont insisté sur le fait que la Bretagne avait les capacités énergétiques de ses besoins : un formidable gisement inexploité d’énergies renouvelables, dans un territoire bordé par la mer, contenant une biomasse importante et un potentiel intéressant d’énergie hydraulique diffuse.

L’expérience entreprise dans le Pays du Mené pour développer un réseau autonome, à base d’énergies renouvelables, dessine le chemin à suivre pour s’affranchir progressivement de la dépendance aux énergies fossiles et digérer le non-renouvellement des centrales nucléaires.

Ces réseaux, construits au plus près des consommateurs, pourront s’adapter aux besoins. Par un travail de fond sur les économies d’énergie et par l’organisation de l’effacement à la pointe des consommations, ils permettront une diminution des moyens de production.

Nous avons compris que notre combativité, intacte depuis la bataille de Plogoff, pouvait faire reculer des décisions archaïques et promouvoir une nouvelle économie bretonne.



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : Communiqué de presse.

Contact : Gaspare

Lire aussi : Halte aux centrales thermiques à gaz

20 février 2020
L’écologie au pouvoir : bilan d’un mandat à Grenoble
Reportage
8 janvier 2020
En Australie, « même des forêts tempérées partent en fumée »
Entretien
21 février 2020
Fermeture de Fessenheim : après la centrale, le saut dans le vide
Reportage




Du même auteur       Gaspare