Des opposants à la THT de Flamanville bloquent le dépôt d’une entreprise du chantier

Durée de lecture : 2 minutes

25 avril 2012 / Des randonneurs et des petites mains




Depuis 7h15, ce matin du 25 avril 2012, les militant-e-s et riverains
anti-THT ont entrepris de bloquer le dépôt de Alpine Energie, une des
entreprises primo-contractantes de la ligne THT auprès de RTE.

Ce dépôt situé à Fleury, près de Villedieu est un des nombreux de ce type dont disposent les fabricants de pylônes tout au long du tracé de la future ex-ligne THT Cotentin Maine.

Alpine Energie est une entreprise germano-autrichienne qui dispose d’une filiale dans le sud ouest de la France. Pour autant, il semblerait que ce soit l’unité luxembourgeoise qui ait été désignée pour balafrer notre paysage.

Depuis janvier dernier, alors que s’est clairement accéléré le chantier de la THT débuté fin novembre 2011, de nombreuses actions ont pu mettre des batons dans les roues de RTE et consorts. Des chantiers ont été perturbés, d’autres bloqués, d’autres encore ont
subi des déboulonnages et il est même question de certains ayant vécu des sciages de base des pylônes, voire des sabotages d’engins.

Ce n’est que le début !

Il est toujours opportun et important de nous opposer par les actes à
cette verrue qui nous envahit comme le montre l’absence de travaux sur la commune du Chefresne.

Nous ne voulons pas de cette ligne, notre contestation ne pourra être
étouffée. Nous crions juste de plus en plus fort, de plus en plus
nombreux, jusqu’à être pris au sérieux.

Nous continuons de refuser la dictature économique imposée par RTE et le lobby énergétique français.

Nous continuons de soutenir les propriétaires et les maires qui résistent encore aux nombreuses pressions et menaces !

Nous n’arrêterons que lorsque RTE aura commencé le chantier de
démantèlement des travaux déjà exécutés.

Amplifions la résistance !



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre



Source : Courriel à Reporterrep>Lire aussi : EPR de Flamanville : des chantiers de pylônes suspendus par une marche pacifique

25 mai 2020
La Guyane ébranlée par un nouveau projet de mégamine à ciel ouvert
Info
25 mai 2020
À pied, à vélo, en canoë… Voyager lentement pour se reconnecter au vivant
Enquête
23 mai 2020
« Laudato Si’ », un ferment de conversion écologique pour les chrétiens
Tribune