Deux millions de foyers de cuisson améliorés au Cambodge

Durée de lecture : 4 minutes

15 mars 2013 / GERES


Le foyer de cuisson New Lao Stove (NLS), introduit au Cambodge par le GERES (Groupe Energies Renouvelables, Environnement et Solidarités) en 2003, vient de célébrer la production et vente du numéro 2 000 000. Cet événement représente un fait majeur pour les ONG qui travaillent sur l’énergie durable des ménages des pays en développement.

Une solution à la crise écologique

En introduisant le NLS au Cambodge, le GERES cherchait une solution à la situation de crise écologique à laquelle le pays doit faire face : la demande en charbon de bois pour la cuisson des aliments, de plus en plus importante, entraîne une déforestation massive du pays.

En adaptant le foyer traditionnel utilisé par la plupart les ménages urbains, le GERES a permis d’intégrer les techniques d’efficacité énergétique simplement et à moindre coût. Plus résistant et moins énergivore, le foyer NLS a ainsi conquis des milliers de Cambodgiens. Grâce à lui, plus de 1 200 000 tonnes de bois ont déjà été préservées dans les forêts cambodgiennes.

Cette « success story » n’a pas seulement contribué à réduire la pression sur les ressources naturelles menacées au Cambodge, elle a aussi permis de créer des activités génératrices de revenus pour de nombreux producteurs et distributeurs de la filière.

Pour assurer le développement à long terme du produit, le GERES a soutenu la création d’ICOPRODAC, l’association des producteurs et distributeurs des foyers de cuisson améliorés au Cambodge. A ce jour, 253 entrepreneurs indépendants de 11 provinces en sont membres (84 producteurs et 171 distributeurs). Ils se réunissent une fois par trimestre pour décider ensemble des orientations marketing. Un micro-crédit, basé sur le système de coopérative est à la disposition des membres souhaitant développer leur activité.

La célébration du deux millionième NLS est une étape importante en 2013. Mais bientôt le GERES annoncera son retrait du projet laissant aux membres d’ICOPRODAC la gestion complète de leur association et de leurs produits. Le GERES aura alors réussi une dissémination à grande échelle d’un foyer de cuisson efficace et permis la création d’un secteur privé indépendant basé sur un modèle responsable et social.

Le projet NLS fait maintenant référence auprès des acteurs internationaux qui travaillent sur ce sujet. Ainsi la Global Alliance for Clean Cookstoves et la Fondation des Nations Unies, qui a lancé en 2012 l’initiative de l’Energy Access Practitioner Network, ont choisi cette année d’organiser leur forum à Phnom Penh, regroupant plus de 500 spécialistes en provenance du monde entier.
.......................

Témoignages

A 90 km au nord de Phnom Penh dans la province de Kampong Chhnang, Phun Sophal, producteur et Sim Srun, distributeur du foyer NLS, ont voulu faire part de leur expérience.

Sophal travaillait dans une usine textile quand il a entendu parler du programme de formation à la production de foyers améliorés, proposée par le GERES.

« Je me suis dit que c’était l’occasion de me lancer dans une activité de production à mon compte. En 2009, après la formation, j’ai démarré seul dans ma maison. J’arrivais alors à produire de manière traditionnelle plus de 150 foyers par mois. Aujourd’hui je gère un centre de production qui emploie 14 membres de la communauté. Nous produisons 2 000 unités par mois. Grâce au GERES, mon réseau de distribution est solide et constant. Je peux me concentrer sur le suivi qualité des produits et la gestion des équipes. »

Srun était revendeur de poterie et de foyers quand l’aventure NLS a commencé.

« J’étais convaincu que les améliorations apportées au foyer étaient réellement avantageuses pour les familles de ma communauté, alors j’ai décidé avec ma femme de participer à la diffusion du produit sur le marché. Je travaille avec 10 producteurs et je vends environ 7000 unités par mois. Aujourd’hui, je suis l’un des deux principaux grossistes de NLS de ma province. »

Pour ces deux entrepreneurs et l’ensemble des bénéficiaires de ce projet, l’expérience NLS leur a permis d’augmenter leurs revenus fixes de manière significative. Cette stabilité financière leur permet d’appréhender l’avenir avec plus de sérénité. Ils ont renforcé leurs compétences pour développer leur entreprise et embaucher des salariés.



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source et photos : GERES

Lire aussi : Un Turc, une Afghane et un Etats-unien ont reçu en décembre le « Prix Nobel alternatif »

19 novembre 2019
Les assurances privées à l’assaut d’une agriculture affaiblie par le climat
19 novembre 2019
« Si Julian Assange n’est pas protégé, cela marquera la fin des ­libertés individuelles »
18 novembre 2019
À la convention citoyenne pour le climat, les participants débattent aussi de la justice sociale