Du liquide en vrac pour éviter le gaspillage des bouteilles

Durée de lecture : 3 minutes

4 novembre 2014 / Côme Bastin (We Demain)

Laver et réutiliser les bouteilles plutôt que de les jeter à la poubelle : c’est possible grâce à Jean Bouteille, une start-up nordiste qui propose des liquides en vrac dans les magasins.


Recycler les bouteilles en verre et plastique, c’est bien. Les réutiliser, c’est encore mieux. Tel est le constat de Gérard Bellet (photo), un entrepreneur lillois de 29 ans. Il a pour cela créé Jean Bouteille, une entreprise qui propose un nouveau mode de consommation associant vente de liquide en vrac et bouteille consignée.

« Durant mes voyages, j’avais remarqué le succès de la vente d’aliments secs en vrac, notamment en Inde où rien ne se perd, où tout est recyclé. Je me suis dit, pourquoi ne pas faire pareil avec du liquide ? », raconte-t-il à La Voix du Nord.

Laver plutôt que recycler

Le principe est simple : lorsqu’un client arrive en magasin il achète une (Jean) bouteille en verre à un euro qu’il remplit d’huile, de vinaigre, de jus, de soda, de vin ou – bientôt – de bière. Il paie alors uniquement le prix au litre de ce dont il s’est servi et rapporte le tout chez lui.

À proximité du lieu de vente, une station de lavage permet de donner une seconde vie aux bouteilles. Lorsque le client revient au magasin, sa bouteille sale lui est alors gratuitement échangée contre une autre qu’il peut remplir avec le liquide de son choix.

- Jean Bouteille en vidéo :

« Les consommateurs sont clairement séduits par l’aspect écologiste de Jean Bouteille. Mais c’est aussi moins cher : cela varie selon le produit mais sur le vin, on peut faire jusqu’à 20 % d’économies par rapport à des bouteilles classiques ! », explique Gerard Bellet.

Des économies qui s’expliquent par un coût d’acheminement des liquides réduit pour le producteur. En moyenne, une bouteille peut être lavée et réutilisée vingt fois, avant de devoir être recyclée. Jean Bouteille se finance grâce à une commission sur la vente des liquides en vrac et en louant son unité de lavage et ses bouteilles réutilisables à des producteurs locaux ou lors d’évènements à fibre écologiste. En juillet, la start-up a été désignée mention coup-de-cœur du jury des Premières éditions des trophées de l’économie circulaire.

Trois nouvelles stations en projet

Les maîtres mots du concept sont : « Innovation frugale (faire plus avec moins), économie circulaire (réutiliser les emballages), économie de la fonctionnalité (vendre l’usage de la bouteille plutôt que la bouteille en elle-même) et Zero Waste (lutte contre le déchet et le gaspillage) », peut-on lire sur la page de la campagne de financement participatif lancée sur Kisskissbankbank par Gérard Bellet.

Car pour l’heure, Jean Bouteille ne dispose que d’une seule station de lavage, située, près de Lille, dans un centre d’insertion par le travail. La start-up a décidé de faire appel au crowdfunding pour en ouvrir trois autres. Leur emplacement sera déterminé en fonction de l’origine géographique des donneurs. Si l’idée de renouer avec le bon sens de vos aïeux, qui pratiquaient le système de la consigne, vous emballe, c’est le moment de vous manifester !


Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source et photo : Article transmis amicalement à Reporterre par We Demain.

Lire aussi : Locale et sans emballages : La Recharge vous présente l’épicerie du futur

21 octobre 2019
Le mouvement pour le climat Alternatiba veut peser sur les municipales
Reportage
16 octobre 2019
La carte des luttes contre les grands projets inutiles
Enquête
19 octobre 2019
Radio Bambou : et si on mangeait des fruits et légumes de saison ?
Chronique




Du même auteur       Côme Bastin (We Demain)