Du pétrole déversé par une compagnie russe en Arctique

Durée de lecture : 1 minute

24 avril 2012 / AFP


Les autorités russes ont fait état mardi 23 avril d’une fuite de pétrole dans l’Arctique ayant affecté jusqu’à 8.000 m2 et maîtrisée hier au bout de deux jours sur le gisement Trebs, l’un des plus importants sites russes.

La fuite a commencé vendredi 20 avril après que les ouvriers ont tenté d’ouvrir un vieux puit causant un déversement de pétrole incontrôlable pendant 37 heures. Le gouvernement de la région des Nenets a estimé la zone affectée à 5.000 m2, alors que selon le ministère des Ressources naturelles elle s’élèverait à 8.000 m2. Le puit est situé dans la zone explorée par les groupes russes Loukoïl et Bachneft qui avaient obtenu la licence l’année dernière.

L’accident aurait été causé par l’ouverture d’un vieux puit, a indiqué Viktor Ivkine, chef de la branche locale du ministère des Situations d’urgence. « Ce puit avait été scellé il y a longtemps », a-t-il dit à l’AFP. « Les ouvriers avaient perdu le contrôle du puit », a indiqué la branche russe de l’ONG WWF dans un communiqué.

« Heureusement l’accident s’est produit loin de la côte et n’a pas pollué la nature de l’Arctique », écrit l’ONG tout en estimant qu’il illustre les risques liés à l’exploration de l’Arctique.

Le numéro un du pétrole russe Rosneft a signé en août 2011 un accord stratégique avec le géant américain ExxonMobil pour explorer l’Arctique russe. La semaine dernière, les deux groupes ont finalisé leur accord en lançant des projets « d’ampleur sans précédent » dans les zones offshore russes de l’Arctique où sont concentrées les réserves d’hydrocarbures les plus importantes du monde.



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : AFP

Lire aussi : Naufrage d’une plate-forme pétrolière dans l’Arctique russe

16 octobre 2019
La carte des luttes contre les grands projets inutiles
Enquête
19 octobre 2019
En Loire-Atlantique, l’opposition monte contre le bétonnage de terres par un « surf park »
Enquête
27 août 2019
Au Camp Climat, plus de militants et plus déterminés
Reportage