EN VIDÉO — Voici venu le temps de la ruée vers l’eau

Durée de lecture : 2 minutes

17 décembre 2019 / Arte



« Arte » consacre une soirée à la financiarisation de l’eau, le nouvel « or bleu » avec son documentaire « Main basse sur l’eau », diffusé le 17 décembre à 20 h 50.

  • Présentation du documentaire par la chaîne :

Après l’or et le pétrole, voici venu le temps de la ruée vers l’eau. Les populations augmentent, l’agriculture s’étend, ajoutez à cela, la pollution et le réchauffement climatique… Partout sur le globe, la demande en eau explose. En 2050, au moins une personne sur quatre vivra dans un pays affecté par des pénuries d’eau récurrentes… De quoi attiser les convoitises des géants de la finance qui ont décidé de s’attaquer à ce secteur en y investissant des milliards d’euros. Après Goldman Sachs et HSBC, Jérôme Fritel enquête dans les coulisses du marché de l’eau.

Jérôme Fritel :

En raison du réchauffement climatique et des sécheresses de plus en plus régulières, l’offre tend à se raréfier tandis que la demande augmente. La population mondiale se développe et les classes moyennes des pays émergents, en Chine ou en Inde, consomment davantage. Par conséquent, les Nations unies estiment que la demande en eau va croître de 50 % d’ici à 2030 et que 40 % de la population mondiale souffrira de pénuries. Pour des marchés financiers régulés par la loi de l’offre et de la demande, l’eau est donc logiquement en train de devenir la ressource le plus convoitée de la planète, car il y en aura de moins en moins et sans doute pas pour tout le monde. »

Retrouvez l’interview complète du réalisateur ici et visionnez le documentaire ici.

Disponible sur arte.tv du 11 décembre 2019 au 14 juin 2020.

  • Main basse sur l’eau, un documentaire de Jérôme Fritel, écrit avec Patrice des Mazery. Coproduction : ARTE France, Magneto Presse, 2019 – 1h27.



14 avril 2020
La solidarité, vaccin et remède contre la pandémie
Tribune
25 mai 2020
La Guyane ébranlée par un nouveau projet de mégamine à ciel ouvert
Info
23 mai 2020
« Laudato Si’ », un ferment de conversion écologique pour les chrétiens
Tribune




Du même auteur       Arte